*
 

Partagez | 
 

 Roman Policier / Thriller Vos Avis svp.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
tazman91

avatar

Masculin
Nombre de messages : 3
Age : 35
Localisation : Montlhéry

MessageSujet: Roman Policier / Thriller Vos Avis svp.   Jeu 21 Juin - 9:17

Bonjour,

J'ai débuté l'écriture d'un roman mais avant d'aller plus loin et de poursuivre cette aventure, je souhaiterai vous faire partager les premières lignes afin d'avoir un retour sur la qualité de ces dernières.
Merci de me donner vos avis tant en terme de rythme, d'intérêt et de forme générale.

Vous souhaitant bonne lecture. (C'est un peu long mais j'espère que vous prendrez le temps de le lire...) Si éventuellement il vous vient des idées pour le corriger, ou ajouter quelques détails n'hésitez pas à m'en faire part.

Merci d'avance.

Voici mon texte:


Jack se réveilla dans son lit, ses paupières avaient du mal à s'ouvrir et sa tête le faisait souffir comme un martyr. La pièce était sombre, parsemée de rayons de lumière pâle qui se frayaient un chemin à travers les volets fermés. On pouvait distinguer, traversant les rayons de lumière, une épaisse fumée dansante dans la pièce, reste d'une importante consommation de cigarettes. La lueur de la télé, restée allumée toute la nuit, éclairait les bouteilles d'alcool qui avaient tenu compagnie à Jack durant toute la soirée.
Il se frotta les yeux et se passa la main sur la tête en poussant un soupir. D'un geste, il souleva la couette qui le couvrait et s'assit sur le rebord du lit. Ses cheveux, pourtant pas très longs étaient tout ébouriffés. Ses pieds firent s'entrechoquer les cadavres des bouteilles qu'il avait laissées tombé au pied de son lit. Il attrapa d'une main tremblante une bouteille vide qu'il porta a hauteur de son visage, fixa l'étiquette et laissat s'échapper un petit sourir du coin des lèvres en haussant légerement les épaules.
Laissant retomber la bouteille à ses pieds, il se leva et se dirigea en direction de la télé qui diffusait un bulletin météo, la région serait encore en proie à de fortes pluies.
Jack, d'un geste désespéré, éteignit sa télé.

Bien que la pièce était plongée dans la pénombre, il se dirigea vers la salle de bains, ouvrit la porte et alluma la lumière. L'ampoule était à nue, pas même habillée par un quelconque abat-jour, elle pendait du toit retenue par son seul fil électrique. La lumière libérée par cette source de lumière de bonne fortune lui relança sa migraine. Il fut même contraint de fermer ses paupières quelques secondes afin de s'habituer à cette luminosité intense. La salle de bains était étroite et ne contenait qu'une simple cabine de douche, dont la séparation avec la salle de bains se faisait avec un simple rideau de douche en tissu couvert de tâches de moisissures; un évier dans lequel on pouvait apercevoir les multiples traces de la réaction du calcaire sur la céramique. Sur ce dernier était entreposé une brosse à dent, un rasoir mécanique ainsi qu'une bombe de mousse à raser. Un petit placard à double porte était perchée au dessus de l'évier, le miroir de cette dernière était brisé. D'ordinaire, Jack aurait pu observer son reflet dans le miroir apposé aux portes du petit placard mais il l'avait brisé ne supportant plus le reflet de l'homme qu'il y voyait.

Aujourd'hui c'était un homme détruit, alcoolique, n'ayant plus le goût de vivre et habité par d'anciens souvenirs qui le hantent jours après jours, mais il y a 2 ans c'était un inspecteur de police hors pair. Beaucoup auraient donné tout ce qu'ils auraient pu pour parvenir à égaler son sens de la déduction et ses intuitions. C'était un homme respecté et craint, toujours apprécié par ses collègues et un concubin aimant et aimé. Il ne lui manquait qu'un enfant pour parfaire son existance. Il en parlait d'ailleurs souvent avec la femme qui partageait sa vie.

Relevé de ses fonctions suite à une enquête qu'il n'était pas parvenu à résoudre, cette raison lui semble encore bien trop dure pour faire perdre à un homme son emploi... Malheureusement s'il devait y avoir une enquête à ne pas rater il s'agissait bien de celle-ci puisque la victime n'était autre que le fils de Mme Elena Bielda, procureur adjointe de la ville de Detroit.
L'enfant avait été enlevé dans un centre commercial pendant qu'il se promenait avec sa mère. Comme tout autre enfant de 6 ans, un brin d'agitation l'avait conduit à s'éloigner de la garde maternelle, pendant que Mme Bielda observait quelques vitrines, et, lorsqu'elle se retourna pour surveiller son enfant, celui-ci avait disparut. Elle parcouru la galerie du centre commercial en long et en large à la recherche de son enfant, même à l'aide des nombreux appels micro ayant été diffusés, rien y fit. Plus aucune trace de son enfant. La police fut apellée et mit sur l'affaire son plus grand inspecteur, Jack Nilmen, qui mit tout en oeuvre pour tenter de retrouver la moindre trace de l'enfant.
Des jours et des jours s'écoulèrent et l'inspecteur n'avait aucune piste. Aucun témoignage suffisant à mener à une piste intéressante, aucun indice retrouvé sur les lieux excepté un simple lacet rouge appartenant à l'enfant. Rien. Jack jouait de malchance sur ce dossier et il savait que l'enjeu était très important pour lui quasiment autant que pour cette pauvre Mme Bielda qui voyait jour après jour diminuer l'espoir que son fils lui soit rendu vivant.
Cette femme étant une personne très influente dans le milieu de la justice, beaucoup ont pensé qu'une demande de rançon viendrait rassurer la mère désespérée quand à la bonne santé de son fils, mais sans résultats. Jack était coincé au milieu d'une enquête dont il ne pourrait pas sortir indemne.
Trois mois après la disparition de l'enfant, un corps fût repêché dans la rivière bordant la ville et après enquête du médecin légiste, fût identifié comme le jeune Thomas Bielda, le fils de la procureur-adjointe. Le corps de l'enfant était relativement bien conservé, ce qui indiquait qu'il avait été mis à l'eau peu de temps avant sa découverte. Par contre, les différentes incisions effectuées par une lame parcourant son torse, indiquaient que la dépose de la dépouille dans la rivière avait été faite post mortem. Mme Bielda, débordée de chagrin et de colère, devait se retourner sur un responsable et finit par jeter son dévolu sur l'inspecteur qui avait échoué dans sa mission. Jack Nilmen avait été renvoyé de la police nationale et avait du remettre son badge et son arme.

Dès lors, la vie de Jack allait basculer. Il ne dormait plus et revoyait sans cesse les images du corps du jeune garçon repêché, mutilé... Les seuls instants où il arrivait à fermer les yeux, il se voyait, pourchassant l'enfant dans un long tunnel noir sans fin, sans jamais arriver à le rattraper. Cette affaire, bien qu'elle fût classée sans suite, l'obsédait au plus haut point. Il n'avait aucune envie de chercher un quelconque autre travail mais préférait ressasser ce dossier en boucle comme si quelque chose lui avait échappé.
Puis il sombra dans l'alcool, ses nerfs avaient lachés et il s'aperçu qu'après avoir bu quelques verres, il parvenait à trouver le sommeil; ou plutôt à sombrer dans le sommeil sans que son cerveau ne lui repasse toutes ces souvenirs qui le maintenaient éveillés. Emy, la femme avec qui il vivait depuis maintenant quatre ans le quitta du jour au lendemain suite à une enième querelle ayant pour sujet sa nouvelle addiction à la boisson.

Jack quitta l'appartment de banlieue qu'ils occuppaient et trouva un petit studio au loyer peu élevé au beau milieu de la zone portuaire de Detroit. Il n'avait que pour unique vue un décor d'un gris triste, industriel et sans chaleur humaine. Il s'était lui même enfoncé dans sa chute et reclu comme quelqu'un qui était désormais inutile à la société. Il passait maintenant ses journées à boire, affalé sur son canapé à regarder la télé. De temps en temps il sortait de chez lui, afin d'achter non pas de quoi manger mais plutôt de quoi subsister. Son réfrigérateur était toujours vide. Il ne liait de connaissance avec personne. Dans son quartier il était comme un fantôme. Ne prêtait attention à personne et les gens le lui rendaient bien.


Jack se passa un coup d'eau sur le visage, éteignit la lumière de la salle de bains et se dirigea vers son canapé afin de s'y installer pour passer une nouvelle journée devant la télé. Sur le chemin, il s'arrêta devant la fenêtre du salon et écarta les volets. La vue du port couvert de ces énormes cummulonimbus d'un gris si sombre que la lumière du soleil penait à percer et le bruissement de la pluie s'abbattant sur les dalles de béton ne l'encouragèrent pas à laisser la pâle lumière pénétrer dans son "antre". Il referma les volets et alla s'installer.
Jack s'allongea sur son canapé et alluma la télé. Il s'était muni d'une bouteille qu'il comptait bien vider dans la journée. Quelle heure était-il? Il ne le savait pas et ne voulait pas le savoir. Il vivait au rythme de ses envies si maigres soient-elles et surtout de ses besoins.
Il ne devait cependant pas être bien tard car lorsqu'il avait entrouvert ses volets, il avait aperçut "La Mania" ce petit bateau de pêcheur qui rentre tous les matins de bonne heure pour proposer leur prises au marché du coin. Selon toute déduction, il devait être grand maximum sept heures. Peut-être huit heures si l'on prenait en compte le temps d'apocalypse qui reganait au dehors et qui n'avait pas du rendre le travail si facile aux fiers pêcheurs de "La Mania".

Jack, se laissait abrutir par les flots de paroles que le petit écran portait à ses oreilles. Il zappait de chaîne en chaîne, à peine interressé par les programmes qu'il survolait. Il était comme perdu dans cette machine qu'il concevait comme la solution idéale pour s'occuper l'esprit, lorsque tout à coup quelqu'un frappa à la porte. Trois grands coups furent portés et sortirent Jack de sa léthargie.
Ce dernier pensa qu'il devait s'agir d'un importun quelconque qui finirait par se décourager et ne deigna même pas se lever.
Les trois coups se firent de nouveau entendre encore plus insistants, suivis d'une voix assez grave:

"- Jack? Tu es là?"

Qui ici pouvait connaitre son prénom si ce n'est la vieille peau qui lui louait ce studio? Mais il ne s'agissait pas là d'une vieille femme, à entendre cette voix rauque et pleine d'assurance quelqu'un était assez certain de le trouver ici.

De nouveau trois coups encore plus secs sur la porte et à nouveau cette voix:

"- Jack! Ouvre moi! C'est Mathew! Mathew Simons!"

Jack se leva d'un bond. Son esprit, brouillé par l'alcool qu'il avait déjà bu, le fit tituber et il manqua de s'écrouler avant de se rattraper en prenant appui sur l'accoudoir de son canapé, et alla ouvrir.

Un homme se tenait devant sa porte, vêtu d'un imperméable noir, ruisselant encore de l'averse qu'il venait de traverser. Cet homme affichait un large sourir et laissa échapper un petit rire en apercevant l'état de Jack qui avait conservé sa bouteille d'alcool à la main. Jack, appuyé contre le battant de la porte, fixa l'homme dans les yeux, laissa échapper un soupir en se passant la main sur la tête comme pour tenter de reprendre un peu son esprit malgré la migraine qui le rongeait.
Pour son visiteur, la vue de cette bouteille d'alcool ajoutée au regard vitreux de Jack ne faisait aucun doute. La personne qui venait d'ouvrir cette porte était dans un état d'alcoolémie avancée.
Puis Jack acceuillit son visiteur avec une voix éraillée, comme s'il n'avait pas eu à parler depuis bien longtemps.

"
- Que fais-tu ici Mathew?

- Hé bien? C'est ainsi que l'on acceuille ses anciens collègues Jack? (Dit Mathew avec un large sourir au lèvres)

- Tu l'as bien dit nous sommes d'anciens collègues, que me veux-tu? Répondit Jack tout en titubant jusqu'au canapé.

- Je viens juste prendre de tes nouvelles. Voilà un bon moment que tu ne donne plus signe de vie.

Mathew s'avanca dans l'appartement jusqu'à la fenêtre et ouvrit les volets afin de laisser la faible lumière de l'extérieur éclairer l'appartement de son hôte. Le sol était jonché de détritus en tous genres. Vieux paquets de cigarettes écrasés, des bouteilles vides et de vieux emballages de nourriture en tout genre étaient éparpillés sur le sol. Sur la table, un cendrier bien trop plein pour contenir à lui seul le mont de mégots écrasés qui avaient finis par chuter sur la table et même sur le sol.
Et quand à l'odeur reignant en ces lieux... Il lui semblait que cet appartement n'avait pas été aéré depuis un bon moment. Une odeur de tabac froid mêlé à une effluve d'alcools divers reignait dans cette "antre".
La fenêtre restée ouverte, laissait pénétrer dans l'appartement un air frais qui semblait balayer de l'appartement toute cette fumée accumulée.

Mathew ôta son imperméable trempé et l'accrocha sur le dossier d'une chaise. Il s'approcha du fauteuil qui juxtaposait le canapé sur lequel était affalé Jack et retira une bouteille d'alcool qui trainait avant de s'assoir.

- Hé bien! Si on m'avait dit un jour que l'un des plus grands inspecteurs de ce pays finirait ainsi, je ne l'aurais jamais cru.

Jack restait silencieux, les yeux perdus devant sa télé.

- Jack! Tu ne peux pas rester dans cet état! Reprends-toi! Je sais que cette affaire t'obsède, mais tu n'aurais jamais pu arriver à quoi que ce soit! C'était une impasse!

Jack se tourna vers son invité et lui répondit:

- Si tu es venu me reparler de cette histoire, tu peux repartir d'où tu viens! Cela fait maintenant deux ans! Deux ans Mathew! Deux années durant lesquelles mon esprit est resté hanté par cette affaire et durant lesquelles personne n'est venu m'épauler. Et aujourd'hui tu débarques ici pour me reparler de cela?

Mathew prit un air confus, baissa la tête un instant, puis repris:

- Ok Jack, tu as raison... Comment va Emy?

- Elle est partie il y a un an.

- Oh! Désolé Jack.

Mathew posa sa main sur l'épaule de Jack en guise de réconfort. La vue de son ancien collègue dans cet état l'attristait au plus haut point. Il se leva, attrapa un verre vide qui se trouvait sur la table et se dirigea vers la salle de bains. Il ouvrit la petite armoire qui surplombait l'évier et attrapa un tube d'aspirine. Ouvrit le robinet, rinca le verre et le remplit d'eau.
Il revînt dans le salon et se rassit sur le fauteuil en tendant le verre et deux cachets d'aspirine à Jack.

- Tiens, prend ça.

Jack se mit à rire doucement, se redressa sur le canapé et pris les comprimés et le verre d'eau; il porta les deux comprimés d'aspirine à sa bouche et les avala avec une gorgée d'eau en basculant sa tête en arrière. Il pris une profonde respiration avant de s'adresser à son visiteur:

- Que viens-tu faire ici? Tu m'as laissé tomber pendant deux ans, tu ne vas pas me faire croire que tu viens juste prendre des nouvelles.

Mathew prit un air sérieux.

- En effet, mais ce que je dois t'annoncer n'est pas si simple...

- Allez Mat! Je crois qu'au point ou j'en suis, je n'ai plus rien à perdre!

Mathew se leva d'un air décidé et, fixant Jack dans les yeux lui annonça:

- Jack, tu es suspect dans une affaire de meurtre et je te prie de me suivre au commissariat pour un interrogatoire! Le commissaire Phosh veut t'interroger!

Jack écarquilla tout d'abord les yeux, quelle ne fut pas sa surprise lorsqu'il apprit ceci!
Puis il émit un petit rire étouffé. Cela était impossible! Lui qui vivait comme un fantôme, ne sortait pour ainsi dire quasiment plus de son domicile, comment pouvait-il se retrouvé mêlé à une affaire de meurtre? Il demanda, toujours sourir au lèvres:

- Qu'est-ce que tu me racontes? C'est une blague? Qu'est-ce qui a pu vous mener à penser que je pouvais être impliqué?

Jack voyait bien au regard de son ex collègue qu'il ne s'agissait absolument pas d'une blague de mauvais goût et que mathew n'avait pas du tout envie de plaisanter.

- Tu en sauras plus lors de ton interrogatoire, pour le moment je ne peux rien te dire de plus. Suis moi s'il te plaît.

Jack n'avait d'autre solution que d'accepter de suivre son ancien collègue.

Mathew lui demanda d'aller prendre une douche et de se préparer afin de retrouver un peu de dignité. Jack se leva de son canapé sans mot dire, avec l'air préoccupé et se dirigea vers la salle de bains. Il ferma la porte.
L'homme à l'imperméable observa autour de lui l'appartement de son ami et ne pu s'empecher de le prendre en pitié. Cet homme qui avait tout pour lui auparavant, et qui maintenant était un homme détruit. Mathew ramassa les cadavres de bouteilles qui trainaient et les mis à la poubelle.
Jack sorti de la salle de bain, il portait un costume noir impeccable qu'il avait laissé dans sa penderie. Cela faisait deux ans qu'il ne l'avait pas porté. Il était parvenu tant bien que mal à se raser devant ce miroir qu'il avait brisé, et ajusta son col de veste en s'approchant de Mathew.
Ce dernier fit un léger sourir compatissant à Jack. Il s'approcha de Jack et réajusta sa cravate, donna une légère tape sur le dos de son ancien partenaire et dit:

- On y va?

Jack sourit malgré ces inquiétudes et fixa mathew dans les yeux. Le policier nota dans le regard encore quelque peu vitreux de son suspect que ce dernier craignait ce qui allait lui être dévoilé. Mais Mathew était dors et déjà convaincu de l'innoncence de son prisonnier.

Il sortirent de l'appartement et montèrent dans la voiture de Mathiew qui les conduisit au commissariat central.

Jack était monté à l'arrière du véhicule et ne pouvait s'empêcher de questionner Mathew qui restait silencieux. Il savait qu'il ne pouvait donner aucun détail à Jack avant que le commissaire n'ait mené son interrogatoire. Il laissait son regard osciller entre la route et le rétroviseur du véhicule où il pouvait entrevoir le regard de Jack qui semblait effrayé de la situation dans laquelle il avait été plongé.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître Kong

avatar

Nombre de messages : 181
Age : 117
Localisation : Edgecombe

MessageSujet: Re: Roman Policier / Thriller Vos Avis svp.   Jeu 21 Juin - 10:10

Cher Tazman 91,

Avez-vous lu la Charte du forum ?
http://ecrire.kanak.fr/t1-charte-a-lire-avant-toute-chose
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://verifiezladisponibilite.blogspot.com/
tazman91

avatar

Masculin
Nombre de messages : 3
Age : 35
Localisation : Montlhéry

MessageSujet: Re: Roman Policier / Thriller Vos Avis svp.   Jeu 21 Juin - 10:14

Bonjour,

Autant pour moi, je promet de faire la critiques de textes que je lirai dans la journée.

Désolé encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître Kong

avatar

Nombre de messages : 181
Age : 117
Localisation : Edgecombe

MessageSujet: Re: Roman Policier / Thriller Vos Avis svp.   Jeu 21 Juin - 11:41

Laughing Vous serez très certainement sévèrement châtié.
Surtout si vous ne vous présentez pas dans la partie "présentation des membres".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://verifiezladisponibilite.blogspot.com/
Maître Kong

avatar

Nombre de messages : 181
Age : 117
Localisation : Edgecombe

MessageSujet: Re: Roman Policier / Thriller Vos Avis svp.   Jeu 21 Juin - 12:19

Mk, il a lu.

Il doit dire qu’il reste beaucoup sur sa faim et qu’un certain nombre de choses l’ont dérangé lors de sa lecture.

Résumons comme suit :
La première chose à revoir, c’est l’orthographe. Certains mots sont grossièrement écorchés. Heureusement, ceci peut être très vite réparé grâce à l’ami Robert.

La seconde chose, qui demande un peu plus de travail, c’est la syntaxe des phrases, qui n’est pas toujours correcte. Mk ne sait trop expliquer scientifiquement la chose, hin, mais il vous arrive couramment de faire des phrases avec plein de virgules et des qui, voire même qu’avec des participes passés. C’est étrange et incorrect.

Mk note aussi un problème au niveau de la conjugaison. Mk n’est pas expert, mais il a été gêné par le fait que vous utilisés un coup le passé simple, un coup l’imparfait, un coup le passé composé. Ça donne à l’ensemble un aspect décousu, inégal, et ça peut même prêter à confusion pour la compréhension du texte.

Dans l’ensemble, et probablement à cause des points énoncés précédemment, votre texte est assez lourd à la lecture.
De plus, du point de vue de l’histoire en elle-même, Mk trouve que vous avez assez maladroitement (et longuement) expliqué le passé de l’ivrogne… C’est vrai, c’est nul, vous nous dévoilez tout cash alors qu’il aurait été tellement plus judicieux de laisser un peu d’ombre que vous auriez dissipé au cours des chapitres… simple avis personnel. En tout cas, ce passage est bien trop long par rapport au reste du texte.

Bon, à ce stade, vous devez déjà haïr Mk et être en train de prendre un anti-dépresseur. Mais sachez que jamais rien n’est perdu et que, bien souvent, il suffit simplement d’un retravail de la forme pour pouvoir faire un texte cool. Aussi, rien n’est perdu, car votre histoire n’est pas inintéressante !

Libre à vous de refaire ce début ou plutôt de d’abord proposer une suite en prenant en compte ces remarques.


Jack se réveilla dans son lit, ses paupières avaient du mal à s'ouvrir et sa tête le faisait souffir <<< souffrir <<< comme un martyr. La pièce était sombre, parsemée de rayons de lumière pâle qui se frayaient un chemin à travers les volets fermés. On pouvait distinguer, traversant les rayons de lumière <<< répétition rayons de lumière <<<, une épaisse fumée dansante dans la pièce <<< répétition pièce <<<, reste d'une importante consommation de cigarettes. La lueur de la télé, restée allumée toute la nuit, éclairait les bouteilles d'alcool qui avaient tenu compagnie à Jack durant toute la soirée.
Il se frotta les yeux et se passa la main sur la tête en poussant un soupir. D'un geste, il souleva la couette qui le couvrait et s'assit sur le rebord du lit. Ses cheveux, pourtant pas très longs <<< virgule <<< étaient tout ébouriffés. Ses pieds firent s'entrechoquer les cadavres des bouteilles qu'il avait laissées tombé <<< tomber <<< au pied de son lit. Il attrapa d'une main tremblante une bouteille vide qu'il porta a hauteur de son visage, fixa l'étiquette et laissat <<< aïe, les yeux de Mk saignent <<< s'échapper un petit sourir <<< sourire <<< du coin des lèvres en haussant légerement <<< accent <<< les épaules.
Laissant retomber la bouteille à ses pieds, il se leva et se dirigea en direction de la télé qui diffusait un bulletin météo, la région serait encore en proie à de fortes pluies.
Jack, d'un geste désespéré, éteignit sa télé. <<< pourquoi d’un geste désespéré ? <<<

Bien que la pièce était plongée dans la pénombre, il se dirigea vers la salle de bains, ouvrit la porte et alluma la lumière <<< cette phrase est bizarre. Certes, il marche dans le noir, mais après, il allume la lumière… pourquoi alourdir la phrase ? Dites plutôt, « dans la pénombre, il se dirigea … » <<<. L'ampoule était à nue, pas même habillée par un quelconque abat-jour, elle pendait du toit retenue par son seul fil électrique. La lumière libérée par cette source de lumière de bonne fortune lui relança sa migraine. Il fut même contraint de fermer ses paupières quelques secondes afin de s'habituer à cette luminosité intense. La salle de bains était étroite et ne contenait qu'une simple cabine de douche, dont la séparation avec la salle de bains se faisait avec un simple rideau de douche en tissu couvert de tâches de moisissures; un évier dans lequel on pouvait apercevoir les multiples traces de la réaction du calcaire sur la céramique <<< description très lourde, maladroite <<<. Sur ce dernier était entreposé une brosse à dent, un rasoir mécanique ainsi qu'une bombe de mousse à raser. Un petit placard à double porte était perchée <<< perché <<< au dessus de l'évier, le miroir de cette dernière était brisé. D'ordinaire, Jack aurait pu observer son reflet dans le miroir apposé aux portes du petit placard mais il l'avait brisé ne supportant plus le reflet de l'homme qu'il y voyait.

Aujourd'hui c'était un homme détruit, alcoolique, n'ayant plus le goût de vivre et habité par d'anciens souvenirs qui le hantent jours après jours, mais <<< pourtant <<< il y a 2 ans c'était un inspecteur de police hors pair. Beaucoup auraient donné tout ce qu'ils auraient pu pour parvenir à égaler son sens de la déduction et ses intuitions. C'était un homme respecté et craint, toujours apprécié par ses collègues et un concubin aimant et aimé. Il ne lui manquait qu'un enfant pour parfaire son existance <<< existence <<<. Il en parlait d'ailleurs souvent avec la femme qui partageait sa vie.

Relevé de ses fonctions suite à une enquête qu'il n'était pas parvenu à résoudre, cette raison lui semble encore bien trop dure pour faire perdre à un homme son emploi... Malheureusement s'il devait y avoir une enquête à ne pas rater il s'agissait bien de celle-ci puisque la victime n'était autre que le fils de Mme Elena Bielda, procureur adjointe de la ville de Detroit.
L'enfant avait été enlevé dans un centre commercial pendant qu'il se promenait avec sa mère. Comme tout autre enfant de 6 ans, un brin d'agitation l'avait conduit à s'éloigner de la garde maternelle, pendant que Mme Bielda observait quelques vitrines, et, lorsqu'elle se retourna pour surveiller son enfant, celui-ci avait disparut <<< phrase lourde <<<. Elle parcouru la galerie du centre commercial en long et en large à la recherche de son enfant, même à l'aide des nombreux appels micro ayant été diffusés, rien y fit. Plus aucune trace de son enfant. La police fut apellée <<< appelée <<< et mit sur l'affaire son plus grand inspecteur, Jack Nilmen, qui mit <<< mi-mi-mi <<< tout en oeuvre pour tenter de retrouver la moindre trace de l'enfant.
Des jours et des jours s'écoulèrent et l'inspecteur n'avait aucune piste. Aucun témoignage suffisant à mener <<< hin ? <<< à une piste intéressante, aucun indice retrouvé sur les lieux excepté un simple lacet rouge appartenant à l'enfant. Rien. Jack jouait de malchance sur ce dossier et il savait que l'enjeu était très important pour lui quasiment autant que pour cette pauvre Mme Bielda qui voyait jour après jour diminuer l'espoir que son fils lui soit rendu vivant.
Cette femme étant une personne très influente dans le milieu de la justice, beaucoup ont pensé qu'une demande de rançon viendrait rassurer la mère désespérée quand <<< quant <<< à la bonne santé de son fils, mais sans résultats <<< zéro résultat : singulier <<<. Jack était coincé au milieu d'une enquête dont il ne pourrait pas sortir indemne.
Trois mois après la disparition de l'enfant, un corps fût repêché dans la rivière bordant la ville et après enquête du médecin légiste, fût identifié comme le jeune Thomas Bielda, le fils de la procureur-adjointe. Le corps de l'enfant était relativement bien conservé, ce qui indiquait qu'il avait été mis à l'eau peu de temps avant sa découverte. Par contre, les différentes incisions effectuées par une lame parcourant son torse, indiquaient que la dépose de la dépouille dans la rivière avait été faite post mortem. Mme Bielda, débordée de chagrin et de colère, devait se retourner sur un responsable et finit par jeter son dévolu sur l'inspecteur qui avait échoué dans sa mission. Jack Nilmen avait été renvoyé de la police nationale et avait du remettre son badge et son arme. <<< ha ? C’est de la faute de l’inspecteur s’ils ont retrouvé le cadavre dans le fleuve ? Surtout que le cadavre a été mis là récemment … <<<

Dès lors, la vie de Jack allait basculer. Il ne dormait plus et revoyait sans cesse les images du corps du jeune garçon repêché, mutilé... Les seuls instants où il arrivait à fermer les yeux, il se voyait, pourchassant l'enfant dans un long tunnel noir sans fin, sans jamais arriver à le rattraper. Cette affaire, bien qu'elle fût classée sans suite, l'obsédait au plus haut point. Il n'avait aucune envie de chercher un quelconque autre travail mais préférait ressasser ce dossier en boucle comme si quelque chose lui avait échappé.
Puis il sombra dans l'alcool, ses nerfs avaient lachés <<< lâché <<< et il s'aperçu qu'après avoir bu quelques verres, il parvenait à trouver le sommeil; ou plutôt à sombrer dans le sommeil sans que son cerveau ne lui repasse toutes <<< tous <<< ces <<< ses <<< souvenirs qui le maintenaient éveillés. Emy, la femme avec qui il vivait depuis maintenant quatre ans <<< virgule <<< le quitta du jour au lendemain suite à une enième querelle ayant pour sujet sa nouvelle addiction à la boisson.

Jack quitta l'appartment <<< appartement <<< de banlieue qu'ils occuppaient <<< occupaient <<< et trouva un petit studio au loyer peu élevé au beau milieu de la zone portuaire de Detroit. Il n'avait que <<< suppr que <<< pour unique vue un décor d'un gris triste, industriel et sans chaleur humaine. Il s'était lui même enfoncé dans sa chute et reclu <<< reclus <<< comme quelqu'un qui était désormais inutile à la société. Il passait maintenant ses journées à boire, affalé sur son canapé à regarder la télé. De temps en temps <<< virgule <<< il sortait de chez lui, afin d'achter <<< acheter <<< non pas de quoi manger mais plutôt de quoi subsister. Son réfrigérateur était toujours vide. Il ne liait de connaissance avec personne. Dans son quartier il était comme un fantôme. Ne prêtait attention à personne et les gens le lui rendaient bien.


Jack se passa un coup d'eau sur le visage, éteignit la lumière de la salle de bains et se dirigea vers son canapé afin de s'y installer pour passer une nouvelle journée devant la télé. Sur le chemin, il s'arrêta devant la fenêtre du salon et écarta les volets. La vue du port couvert de ces énormes cummulonimbus <<< haha… <<< d'un gris si sombre que la lumière du soleil penait <<< peinait ! <<< à percer et le bruissement de la pluie s'abbattant <<< s’abattant <<< sur les dalles de béton ne l'encouragèrent pas à laisser la pâle lumière pénétrer dans son "antre". Il referma les volets et alla s'installer.
Jack s'allongea sur son canapé et alluma la télé. Il s'était muni d'une bouteille qu'il comptait bien vider dans la journée. Quelle heure était-il? Il ne le savait pas et ne voulait pas le savoir. Il vivait au rythme de ses envies si maigres soient-elles et surtout de ses besoins.
Il ne devait cependant pas être bien tard car lorsqu'il avait entrouvert ses volets, il avait aperçut "La Mania" ce petit bateau de pêcheur qui rentre tous les matins de bonne heure pour proposer leur prises au marché du coin. Selon toute déduction, il devait être grand maximum sept heures. Peut-être huit heures si l'on prenait en compte le temps d'apocalypse qui reganait <<< hin ? <<< au dehors et qui n'avait pas du <<< dû <<< rendre le travail si facile aux fiers pêcheurs de "La Mania" <<< ha <<<.

Jack, <<< sans virgule <<< se laissait abrutir par les flots de paroles que le petit écran portait à ses oreilles. Il zappait de chaîne en chaîne, à peine interressé <<< intéressé <<< par les programmes qu'il survolait. Il était comme perdu dans cette machine qu'il concevait comme la solution idéale pour s'occuper l'esprit, lorsque tout à coup quelqu'un frappa à la porte. Trois grands coups furent portés et sortirent Jack de sa léthargie.
Ce dernier pensa qu'il devait s'agir d'un importun quelconque <<< un importun quelconque ??? De quoi ça s’agit ? <<< qui finirait par se décourager et ne deigna <<< woaw, elle est belle celle là <<< même pas se lever.
Les trois coups se firent de nouveau entendre encore plus insistants, suivis d'une voix assez grave:

"- Jack? Tu es là?" <<< pour les dialogues, guillemet ou tiret, il faut choisir. <<<

Qui ici <<< qui ici : très fort maladroitement pas françois <<< pouvait connaitre son prénom si ce n'est la vieille peau qui lui louait ce studio? Mais il ne s'agissait pas là d'une vieille femme, à entendre cette voix rauque et pleine d'assurance quelqu'un était assez certain de le trouver ici.

De nouveau trois coups encore plus secs sur la porte et à nouveau cette voix:

"- Jack! Ouvre moi! C'est Mathew! Mathew Simons!"

Jack se leva d'un bond. Son esprit, brouillé par l'alcool qu'il avait déjà bu, le fit tituber et il manqua de s'écrouler avant de se rattraper en prenant appui sur l'accoudoir de son canapé, et alla ouvrir.

Un homme se tenait devant sa porte, vêtu d'un imperméable noir, ruisselant encore de l'averse qu'il venait de traverser. Cet homme affichait un large sourir <<< sourire <<< et laissa échapper un petit rire en apercevant l'état de Jack qui avait conservé sa bouteille d'alcool à la main. Jack, appuyé contre le battant de la porte, fixa l'homme dans les yeux, laissa échapper un soupir en se passant la main sur la tête comme pour tenter de reprendre un peu son esprit malgré la migraine qui le rongeait.
Pour son visiteur, la vue de cette bouteille d'alcool ajoutée au regard vitreux de Jack ne faisait aucun doute. La personne qui venait d'ouvrir cette porte était dans un état d'alcoolémie avancée. <<< sans blague <<<
Puis Jack acceuillit <<< accueillit <<< son visiteur avec une voix éraillée, comme s'il n'avait pas eu à parler depuis bien longtemps.

"
- Que fais-tu ici Mathew?

- Hé bien? C'est ainsi que l'on acceuille <<< idem <<< ses anciens collègues Jack? (Dit Mathew avec un large sourir << au <<< aux <<< lèvres) <<< euh, la parenthèse n’a rien à faire là…. <<<

- Tu l'as bien dit nous sommes d'anciens collègues, que me veux-tu? Répondit Jack tout en titubant jusqu'au canapé.

- Je viens juste prendre de tes nouvelles. Voilà un bon moment que tu ne donne plus signe de vie.

Mathew s'avanca dans l'appartement jusqu'à la fenêtre et ouvrit les volets afin de laisser la faible lumière de l'extérieur éclairer l'appartement de son hôte. Le sol était jonché de détritus en tous genres. Vieux paquets de cigarettes écrasés, des bouteilles vides et de vieux emballages de nourriture en tout genre <<< répétition en tout genre <<< étaient éparpillés sur le sol. Sur la table, un cendrier bien trop plein pour contenir à lui seul le mont de mégots écrasés qui avaient finis par chuter sur la table et même sur le sol <<< syntaxe ! <<<.
Et quand à l'odeur reignant <<< hahaha…. <<< en ces lieux... Il lui semblait que cet appartement n'avait pas été aéré depuis un bon moment. Une odeur de tabac froid mêlé à une effluve d'alcools divers reignait <<< ralalalala <<< dans cette <<< cet <<<< "antre".
La fenêtre restée ouverte, <<< pourquoi une virgule ? <<< laissait pénétrer dans l'appartement un air frais qui semblait balayer de l'appartement toute cette fumée accumulée <<< fumée ? <<<.

Mathew ôta son imperméable trempé et l'accrocha sur le dossier d'une chaise. Il s'approcha du fauteuil qui juxtaposait le canapé sur lequel était affalé Jack et retira une bouteille d'alcool qui trainait avant de s'assoir.

- Hé bien! Si on m'avait dit un jour que l'un des plus grands inspecteurs de ce pays finirait ainsi, je ne l'aurais jamais cru.

Jack restait silencieux, les yeux perdus devant sa télé.

- Jack! Tu ne peux pas rester dans cet état! Reprends-toi! Je sais que cette affaire t'obsède, mais tu n'aurais jamais pu arriver à quoi que ce soit! C'était une impasse!

Jack se tourna vers son invité et lui répondit:

- Si tu es venu me reparler de cette histoire, tu peux repartir d'où tu viens! Cela fait maintenant deux ans! Deux ans Mathew! Deux années durant lesquelles mon esprit est resté hanté par cette affaire et durant lesquelles personne n'est venu m'épauler. Et aujourd'hui tu débarques ici pour me reparler de cela?

Mathew prit un air confus, baissa la tête un instant, puis repris:

- Ok Jack, tu as raison... Comment va Emy?

- Elle est partie il y a un an.

- Oh! Désolé Jack.

Mathew posa sa main sur l'épaule de Jack en guise de réconfort. La vue de son ancien collègue dans cet état l'attristait au plus haut point. Il se leva, attrapa un verre vide qui se trouvait sur la table et se dirigea vers la salle de bains. Il ouvrit la petite armoire qui surplombait l'évier et attrapa un tube d'aspirine. Ouvrit le robinet, rinca le verre et le remplit d'eau <<< pourquoi une nouvelle phrase ?... <<<.
Il revînt dans le salon et se rassit sur le fauteuil en tendant le verre et deux cachets d'aspirine à Jack.

- Tiens, prend ça.

Jack se mit à rire doucement, se redressa sur le canapé et pris les comprimés et le verre d'eau; il porta les deux comprimés d'aspirine à sa bouche et les avala avec une gorgée d'eau en basculant sa tête en arrière. Il pris <<< prit <<< une profonde respiration avant de s'adresser à son visiteur:

- Que viens-tu faire ici? Tu m'as laissé tomber pendant deux ans, tu ne vas pas me faire croire que tu viens juste prendre des nouvelles.

Mathew prit un air sérieux.

- En effet, mais ce que je dois t'annoncer n'est pas si simple...

- Allez Mat! Je crois qu'au point ou j'en suis, je n'ai plus rien à perdre!

Mathew se leva d'un air décidé et, fixant Jack dans les yeux lui annonça:

- Jack, tu es suspect dans une affaire de meurtre et je te prie de me suivre au commissariat pour un interrogatoire! Le commissaire Phosh veut t'interroger! <<< cette phrase aussi réaliste que si un pingouin aurait annoncé cela à Obama <<<

Jack écarquilla tout d'abord les yeux, quelle ne fut pas sa surprise lorsqu'il apprit ceci! <<< hahaha ! certes… <<<
Puis il émit un petit rire étouffé. Cela était impossible! Lui qui vivait comme un fantôme, ne sortait pour ainsi dire quasiment plus de son domicile, comment pouvait-il se retrouvé <<< retrouver <<< mêlé à une affaire de meurtre? Il demanda, toujours sourir au lèvres: <<< raaaaaaaa <<<<

- Qu'est-ce que tu me racontes? C'est une blague? Qu'est-ce qui a pu vous mener à penser que je pouvais être impliqué?

Jack voyait bien au regard de son ex collègue qu'il ne s'agissait absolument pas d'une blague de mauvais goût et que mathew n'avait pas du tout envie de plaisanter.

- Tu en sauras plus lors de ton interrogatoire, pour le moment je ne peux rien te dire de plus. Suis moi s'il te plaît.

Jack n'avait d'autre solution que d'accepter de suivre son ancien collègue.

Mathew lui demanda d'aller prendre une douche et de se préparer afin de retrouver un peu de dignité. Jack se leva de son canapé sans mot dire, avec l'air préoccupé et se dirigea vers la salle de bains. Il ferma la porte.
L'homme à l'imperméable observa autour de lui l'appartement de son ami et ne pu s'empecher de le prendre en pitié. Cet homme qui avait tout pour lui auparavant, et qui maintenant était un homme détruit <<< vous aimez les « qui », mais ça fait que vos phrases qui ne sont pas correctes. … <<< . Mathew ramassa les cadavres de bouteilles qui trainaient et les mis à la poubelle.
Jack sorti de la salle de bain, il portait un costume noir impeccable qu'il avait laissé dans sa penderie. Cela faisait deux ans qu'il ne l'avait pas porté. Il était parvenu tant bien que mal à se raser devant ce miroir qu'il avait brisé, et ajusta son col de veste en s'approchant de Mathew.
Ce dernier fit un léger sourir <<< encore ? <<< compatissant à Jack. Il s'approcha de Jack et réajusta sa cravate, donna une légère tape sur le dos de son ancien partenaire et dit:

- On y va?

Jack sourit malgré ces inquiétudes et fixa mathew dans les yeux. Le policier nota dans le regard encore quelque peu vitreux de son suspect que ce dernier craignait ce qui allait lui être dévoilé. Mais Mathew était dors et déjà convaincu de l'innoncence <<< ooohhh <<< de son prisonnier <<< prisonnier ??? <<< .

Il sortirent <<< ils <<< de l'appartement et montèrent dans la voiture de Mathiew qui les conduisit au commissariat central.

Jack était monté à l'arrière du véhicule et ne pouvait s'empêcher de questionner Mathew qui restait silencieux. Il savait qu'il ne pouvait donner aucun détail à Jack avant que le commissaire n'ait mené son interrogatoire. Il laissait son regard osciller entre la route et le rétroviseur du véhicule où il pouvait entrevoir le regard de Jack qui semblait effrayé de la situation dans laquelle il avait été plongé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://verifiezladisponibilite.blogspot.com/
Myrien
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1695
Age : 31
Localisation : Sur une route

MessageSujet: Re: Roman Policier / Thriller Vos Avis svp.   Jeu 21 Juin - 13:06

Salut à tous les membres,

Ce sujet est momentanément fermé, c'est-à-dire que les commentaires y sont interdits.
Dès que le sujet sera réouvert, je supprimerai ce message et en posterai un autre, informant de la possibilité de laisser des commentaires.

Tout commentaire qui suivra ce message sera supprimé.

Merci.


PS : Mk, si tu sais qu'un membre n'a pas commenté trois fois, attends que ce soit fait pour le commenter en trois pages Wink

_________________

Un poète est un monde enfermé dans un homme.
Sommaire de MYRIEN
***
VOTER POUR LE FORUM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lecasquedorion.blogspot.fr/
Maître Kong

avatar

Nombre de messages : 181
Age : 117
Localisation : Edgecombe

MessageSujet: Re: Roman Policier / Thriller Vos Avis svp.   Jeu 21 Juin - 14:26

Mais euh, Mk il s'en est rendu compte après, alors il a quand même posté la réponse Embarassed pas taper.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://verifiezladisponibilite.blogspot.com/
Isil
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2559

MessageSujet: Re: Roman Policier / Thriller Vos Avis svp.   Jeu 21 Juin - 16:23

On ne gronde jamais MK. JAMAIS ! Non mais.

Tazman, dès que tu auras commenté tes trois textes, je lirai avec grand plaisir ! Wink En attendant, si tu ne sais pas quoi lire, voilà quelques pistes :
http://ecrire.kanak.fr/t511-probleme-de-chambre
http://ecrire.kanak.fr/t528-de-l-autre-cote (je fais ma pub, tel un Myrien)
http://ecrire.kanak.fr/t434-le-fond-d-un-heros

A très vite ! Smile

_________________
J'suis admin moi, j'respecte rien, euké ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ecrire.kanak.fr
Maître Kong

avatar

Nombre de messages : 181
Age : 117
Localisation : Edgecombe

MessageSujet: Re: Roman Policier / Thriller Vos Avis svp.   Jeu 21 Juin - 17:17

cat
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://verifiezladisponibilite.blogspot.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Roman Policier / Thriller Vos Avis svp.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Roman Policier / Thriller Vos Avis svp.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 15-04-08, Prix du Quai des Orfèvres (roman policier)
» [Collection] Roman policier complet / S.A.F.I.J. imprimerie
» Extrait de mon roman policier pour les curieux
» Recherche d'un roman policier !
» Le Roman policier (Fayard)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Plume d'écrivain :: L'ATELIER :: Thriller-
Sauter vers: