*
 

Partagez | 
 

 Ligne de Vie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Ligne de Vie   Jeu 4 Oct - 19:20





On dit que lorsque la mort approche, nous revoyons notre vie sous la forme d'une ligne. Chaque courbe, chaque accroc a sa signification, est sa trace d'un événement heureux ou malheureux. Parfois la courbe de notre vie s'élance avec beauté, force, et douceur vers le ciel. Les virages ondulants sont lisses et fluides, et pas à un seul instant, la trajectoire n'est déviée du droit chemin.
Si c'est vrai, ma courbe de vie doit plus ressembler à ma tignasse le matin -chaotique, frémissant, rempli d'à-coups et de queues de poissons, une vrai anarchie. J'éprouve soudainement un pincement de tristesse à l'idée de ne léguer à cette planète qu'un souvenir hideux de mon passage.
Mais à présent cela n'a plus d'importance. J'allais mourir, et seule cette certitude qui me narguait, tournoyait autour de moi, importait. Je pouvais presque entendre le souffle rauque et les ricanements de la Faucheuse qui m'attendait au tournant.
L'anxiété m'agrippa la poitrine tel un étau de fer implacable. Le souffle me manqua, et je trébuchais sur des racines traîtresses. Je réussis néanmoins à garder mon équilibre et continuer ma course.

Mon coeur bat dans ma poitrine affolé. Boumboumboum. Le sang résonne à mes oreilles. Boumboumboum. Le bruit de mes pas est étouffé par le tapis de mousson épais de la forêt, je n'entend plus rien, seulement le choc de mes pieds contre la terre. Boumboumboum.
Ça résume assez bien ma vie. Boum je suis née, Boum j'ai vécu, Boum je suis morte. Et que restera-t-il après moi? Des millions d'autres battements de coeurs aussi silencieux qu'éphémères, noyés dans l'engluement de notre aveuglement.
Je ne comprend pas comment j'ai pu passer tant de temps à ne pas vivre. A m'essouffler sur des futilités, prier pour des babioles, me battre pour des sottises. A l'époque, je croyais que tout cela était important. Je pensais réellement que le choix de mon mascara était une variable importante dans ma journée, ou que de ne pas louper le documentaire du soir était primordial. J'ai passé tout ce temps sur cette terre, à ne rien faire, ne rien penser, ne rien vouloir d'essentiel. J'ai passé tout ce temps, à dormir.
Et maintenant que le sommeil éternel se profile à l'horizon, laissant planer sa masse soporifique et implacable sur ma tête, je me réveille. Quelle ironie!

Je trébuches, je perds une de mes ballerines. Peu importe, le plus important est de courir, toujours courir. J'essaie d'éviter les racines, les ronces qui griffent mes chevilles, et les branches qui me fouettent le visage, mais la lune est invisible ce soir, dans le ciel d'encre. Seul subsistent les ténèbres, implacables. Ils m'attirent dans leurs griffes, me tirent inexorablement vers la fin. Je pourrai les sentir, ces ongles qui s'agrippent à mes pieds, qui me laissent de fines marques blanches.
Un filet de sueur coule de mon front, et je sens la minuscule gouttelette rouler le long de mon visage, se précipitant vers le sol, se précipitant vers la chute. Ma respiration haletante me brise à chaque foulée un peu plus la poitrine. Je ne me souviens pas d'avoir jamais autant couru, aussi vite. C'est l'effet d'avoir la mort aux trousses, je présume.

Je repense à mes années de béatitude futile. Lorsque je me levais le matin, préoccupée par le programme de la journée. Lorsque je répondais «non désolée, je n'ai pas le temps» quand mon petit frère me proposait de jouer avec lui. Lorsque je recopiais les devoirs cinq minutes avant le début du cours. Lorsque j'étais anxieuse à l'idée de savoir si mon petit copain avait oui ou non, oublié mon anniversaire.
Pourquoi n'ai-je pas prit le temps? Pourquoi n'ai-je pas cherché à vivre? Toutes ces expériences que je vivais quotidiennement, mais dont je m'en fichais. Toutes ces merveilles que je côtoyait mais ne reconnaissait pas à leur juste valeur.
Je me déteste à ce moment, je me déteste d'avoir gâché ma vie. Car qui a-t-il de plus beau que ce cadeau? Celui de pouvoir sentir l'air dans ses poumons, celui d'éprouver des émotions, de bouger, de sentir, d'aimer, de vive! J'aurai passé sur Terre de façon éphémère, je n'aurai pas de seconde chance et je le savais, comme tout le monde, pourtant ça ne m'a pas empêché de jeter mon existence aux orties du quotidien endormi. Comme tout le monde. Des larmes de colères, des larmes d'amertume et de tristesses commencent à rouler sur mes joues. Leur sillage salé est une empreinte de ma douleur. Je voudrai remonter le temps, je voudrai prendre ma famille dans mes bras, leur dire que je les aime, courir dans la rue cheveux au vent, planter un arbre, jouer au monopoly avec mon petit frère, prendre le temps de vivre. De vivre vraiment.

A cet instant, j'entend un hurlement profond et déchirant, qui fuse dans la nuit. J'entends le bruit de courses des loups qui me suivent doucement, jouant avec moi comme le fait le chat avec la souris. J'entends leurs halètements qui vibrent en tempo avec la respiration de la Mort. Là, à gauche, un éclair blanc. Je ne tremble pas. Je suis bien trop épuisée. Mais je me battrai, jusqu'à la fin.
Je ne me suis jamais battue pour quelque chose auparavant, je pensais que tout était simple. Mais maintenant je sais que ce n'est pas le cas, je sais que tout ne nous est pas donné. Alors, en ces dernières minutes de ma vie, je me bat, en excuse aux nombres de fois où je ne l'ai pas fait. Je me bat pour mon droit de vivre, je me bat pour ma liberté, je me bat pour toutes les personnes qui, comme moi, ont sommeillé leur vie durant. Je ne quitterai pas cette planète sans un unique feu de protestation et de conscience.
Je ne veux pas abandonner, je l'ai trop de fois fait.
Une nouvelle énergie coule dans mes veines, l'énergie de l'apaisement. J'ai confiance en moi, j'ai comprit. Je me sens, pour la première fois de ma vie, heureuse. Car je ne dors plus, car je vis.
Un sourire s'esquisse sur mes lèvres, et plus rien ne compte. Mes bras et mes jambes griffés, mes pieds terreux, mes vêtements déchirés, mes larmes mêlées de sueur, mes erreurs passés, les loups à mes trousses, la mort en approche... Mais plus rien ne m'importe, je suis heureuse, je suis libre, je suis vivante.

Un loup planté devant moi freine ma course. Je m'arrête net en voyant l'immense bête noir, les crocs tachés d'écume, les yeux jaunes me fixant implacablement. Trois de ses congénères m'encerclent, m'empêchant toute retraite.
Ça y est, c'est la fin.
Je me laisse lentement tomber au sol, fixant un instant l'énorme animal dans les yeux. ces yeux dorés, si expressifs si vivants. Nous restons un moment ainsi, en chiens de faïence, le silence de la forêt rythmé par ma respiration essoufflée, et les grondements sourds montant de la poitrine des loups.
Je ferme les yeux, j'attend la fin. Mais je ne suis plus préoccupée, mes pensées sont apaisées, mon coeur plein.

C'est étrange comment les réflexions les plus incongrues nous prennent aux moments les plus inopportun. Je suis là, plantée devant des prédateurs, et je pense au bonheur que je goûte enfin. Mais ça n'importe plus.
Je me demande à quoi ressemblera ma ligne de vie. Je suis certaine que vers la fin, elle s'élance droite et fière vers l'horizon. J'en aurai fait quelque chose finalement. J'aurais eu un instant de conscience. Et c'était la seule chose qui comptait.
Malgré tout mes errements, j'étais enfin vivante.


Les loups plongèrent alors sur moi.


Et ma Vie commença.





J'ai écrit un texte similaire en 2 année de collège, pour une épreuve écrite de français. Le thème était imposé (c'était une image, qui représentait ce que j'ai nommé ici la ligne de vie). J'ai eu beaucoup de plaisir à écrire cela, mais je l'ai perdu (je l'ai seulement en manuscrit). Alors je l'ai ré-écrit avec une grande joie, et en changeant quand même beaucoup de paramètres...
C'est un one shot, done ce nest pas superbe évidement, maps je m'en fous, parce que je me suis éclatée! ^^

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Ligne de Vie   Ven 5 Oct - 11:49

Hummm, il est profond ce texte. Je vais avoir besoin d'une seconde lecture, voir d'une troisième Very Happy et après promis je reviens te dire tout le bien et le malllllllllll que j'aurai pu en penser clown
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Ligne de Vie   Ven 5 Oct - 15:32

Coucou me revoilà,
J'ai trouvé de la profondeur dans ce texte dès la première lecture, une manière de souligner la superficialité d'une vie et l'ultime moment de conscience puis la chute bien amenée "tout recommence"
J'aime assez le style, il y a là je trouve, une belle écriture, fouillée, imagée, agréable à lire.

J'ai noté quelques petites choses qui retravaillées mettrait ton texte encore plus en valeur :
- j'ai été très gênée par les changements de temps de conjugaison intempestifs, ça pourrait peut-être passer si ton "personnage" prenait véritablement la parole au présent et qu'en dehors cela reste sous la forme du récit au passé. Mais le passage "présent", puis "passé" en début de texte pour repasser en "présent", cela crée pour moi un déséquilibre, comme une incohérence, surtout qu'ensuite tu restes sur le "présent" et puis juste à la fin toc un passé simple. Cela pourrait gagner en simplicité/fluidité à ce niveau. C'est peut-être à retravailler, ce n'est que mon avis, d'autres lecteurs auront peut-être un point de vue totalement différent.
Concernant l'entrée ne matière en tout début "on dit que... " c'est un peu simpliste : la qualité du texte mérite beaucoup mieux.

A plus Demoiselle à la Licorne.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Ligne de Vie   Ven 5 Oct - 16:10

Merci pour ton avis!

Ouf les changements de temps, ça a toujours été ma bête noire (avec la ponctuation! Razz)
En effez, je relis, et c'est assez... Zarbi x)

Je suis d'accord avec toi sur le «on dit que», mais au fait c'était obligatoire pour le texte, c'était une des consignes... Voilà pourquoi... Mais c'est vrai qu'il y a mille fois mieux!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Ligne de Vie   Ven 5 Oct - 16:41

lol! comme tu n'as pas rappelé le sujet, je n'avais pas tilté que c'était un imposé, donc tout s'explique sur l'intro.
Revenir en haut Aller en bas
Lou-Ann

avatar

Féminin
Nombre de messages : 27
Age : 34

MessageSujet: Re: Ligne de Vie   Dim 7 Oct - 23:57

Salut Nausicaä,
très joli texte pour commencer, j'aime beaucoup le sujet et le déroulement global de ton récit, le tout dans un style sympathique.
Je me dois cependant de faire une réflexion concernant l'orthographe, il y a plusieurs fautes et cela m'a un peu gêné dans ma lecture.
Sinon, la fin m'a un peu surprise, dans ton récit tu parles de la prise de conscience de ton personnage sur la valeur de la vie et notamment sur le fait qu'elle compte se battre : "Mais je me battrai, jusqu'à la fin." et au final ... ben pas grand chose, elle se laisse faire : "Je ferme les yeux, j'attend la fin", j'ai trouvé ça dommage après toute cette course et un peu incohérent avec le reste de ton texte.

Voilà ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BlutEngel

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1087
Age : 27
Localisation : Turku, Varsinais-Suomi, Suomi

MessageSujet: Re: Ligne de Vie   Ven 9 Nov - 11:02

Beau texte. Belle images. Belle réflexion. J'aime beaucoup...

Mis à part les fautes d'orthographe... je trouvais cela intéressant et passionnant même.

_________________
"Careless realism costs souls" Tuomas Holopainen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://talvi-blutengel.blogspot.fr/
Iniourfeïss

avatar

Masculin
Nombre de messages : 863
Age : 28
Localisation : L'Ouest lointain

MessageSujet: Re: Ligne de Vie   Ven 9 Nov - 17:42

Salut !

Sympathique réflexion. Je suis de l'avis des autres, l'orthographe est à travailler !
Bon après, les incohérences, c'est tolérable, car ton personnage pense et est bouleversé.

Enfin voilà, beau constat de la vie ! Smile

_________________
Tous mes textes indubitablement réunis : Sommaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ligne de Vie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ligne de Vie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» catalogue de timbre en ligne
» La dure vie des marin à bord des vaisseaux de ligne
» AIFV 25mm 12/13 ligne ABL
» [TUTO] Signer une application en ligne sur isign.imobile.com.cn
» [En ligne!] Histoire du roman feuilleton

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Plume d'écrivain :: L'ATELIER :: Inclassable-
Sauter vers: