*
 

Partagez | 
 

 Shadow of Myself

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
BlutEngel

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1087
Age : 27
Localisation : Turku, Varsinais-Suomi, Suomi

MessageSujet: Shadow of Myself   Dim 3 Fév - 4:56

Les yeux grands ouverts, la respiration coupée, les tympans saoûls d'un vent frôlant les quatre-vingt dix kilomètres par heure, il traçait son chemin le pas peu assuré, les vertiges de l'épuisement physique et de cette hypoglycémie qui n'est jamais bien loin.

Marcher. Errer serait plus juste, plus proche de la réalité. Il errait dans sa propre vie. Il tourne en rond, remet tout en question, met le bazar là il n'y en a pas encore, détruit, reconstruit lorsqu'il en a la force. Des vertiges également dus à un vide et un mal qui se mêlent en lui et tambourinent dans chaque parcelle de son corps, pour s'éparpiller telles des étoiles.

- Non, ne prononce pas ce mot. Surtout, ne le prononce pas!
- Puis, ça veut dire quoi ça, hm? Te chercherais-tu des excuses pour qu'on pardonne ton comportement ingérable?

Des excuses? Il n'en voulait pas. Pas plus de la pitié. La pitié a tendance à lui filer la nausée.
Il souffre de ce manque de la part d'autrui à concevoir faire des efforts en son sens.

Il courut. Il propulse son corps en avant. Une fuite en avant. Le passé lui a assez causé de tort comme cela. Le présent lui est anxiogène. Le futur...mais quel futur? Auquel pouvait-il prétendre? Il courut quand même. Le taux élevé d'oxygène qu'il se dut de respirer lui provoqua des migraines et tournis. Il s'assoierait bien un peu sur cette herbe soigneusement verte et douce en février, mais il ne songeait pas à s'arrêter. Fuir. Le seul mot qui cogne chaque neurone de son cerveau.
Oui, néanmoins fuir quoi?
La vie, bon sang! La vie!

- Arrête de fabuler!
- C'est quoi encore ces conneries? Tu mens!

Oh! S'il pouvait mentir sans en éprouver le moindre remord, il le ferait.
Or, comment peut-on mentir en hurlant, exécutant une danse de hand-flapping, et de balancements pour clôturer tous ces petits rituels, ces TOC, ces étrangetés qui rebutent bon nombre de gens?

Le souffle court, il crut bon de s'arrêter dans ce parc en s'enfonçant dans les buissons pour se cacher des regards. Son système respiratoire était en feu, ses genoux tremblaient et ses jambes finirent par lâcher. Il se laissa choîre par terre. Il ferma les yeux et tenta de reprendre sa respiration. Ce vide le rongeait. Il pouvait ressentir, il savait. Mais exprimer, poser des mots dessus, les avoir en adéquation avec une situation donnée; cela était très difficile. On lui reprochait souvent sa froideur hautaine, ses silences répétés, ses manques de réaction évidents.

Ah! Si on pouvait leur fournir un mode d'emploi ou une notice pour qu'ils cessent ces paroles erronées!

Il s'assoupit et plongea dans une rêverie assez sombre.


Tu tailles. Une fois, deux fois. Puis, tu ne comptes plus. Cela ne sert à rien. Il y en a eu des dizaines avant. Il y en aura autant après. Tu regardes ton bras. Si blanc. Ton poignet. Si grâcieux. Si fragile. Ce rouge qui perle, grossit, se rejoint en gouttes qui tombent, créent des rivières miniatures, glissent les vagues d'un mal sans nom. Cela saigne, mais tu n'as pas mal. C'est tellement infecté à l'intérieur que l'extérieur ne te fait plus rien.
Tu tailles à nouveau. Une danse, on aurait une danse. Le Lac des Cygnes. De la grâce, de la tenue, de la dextérité.
Tu sens que tu viens de franchir une étape. Tu as mal. Enfin.
Puis, un vertige. Tu tombes, tombes, tombes.

Il fait sombre. Le silence est assourdissant. Tu ouvres les yeux. Tu ne vois rien. Le noir t'oppresse. Tu aurais préféré mourir que d'être dans des lymbes sans limite. Tu pleures. Tu aimerais frapper quelque chose de tes poings, mais il n'y a rien de physique en ces lieux.

Tu pleures de plus belle. Rien à faire. Ruminer des pensées. Encore. Toujours. Sale manie. Sale connerie.
Attendre une issue. Des minutes? Des heures? Des jours?

La notion de temps n'est plus. Tu t'accommodes et finis par te dire que tu vas mourir, et puis c'est tout. Le sourire amer, tu l'attends, cette Macchabée. Elle est longue à venir.

Peu à peu, un point lumineux fonce vers toi. Il grossit à vue d'oeil. Il est aveuglant. Blanc à faire mal à tes rétines qui saturent. Tu sais. Et tu pleures à nouveau


Il ouvrit les yeux, et se redressa en sursaut. Il colla une main sur son coeur qui cherchait par tous les moyens de s'enfuir.

La nuit tombait, déjà. Il soupira. Pas la vie. Pas cette vie.

I didn't chose to born. Even less this way. I wish to be dead before I was alive.

Il se leva et sortit des buissons. Le parc redevenait silencieux à mesure que les gens rentraient chez eux. Au prix d'un effort considérable, il prit le chemin pour rentrer chez lui. Retourner à la vie en somme. Ce monde qui l'échappe, lui fait peur par moments, l'agresse aussi, le chasse souvent.

- Où étais-tu, fut la première question qu'on lui adressa.

Il se renfrogna. Tourna en rond. Grogna, soupira. Puis, il se cogna la tête contre le mur pour gérer une émotion forte: la colère. Le sixième péché. Po glacé.
Il faut cesser ce cinéma. Encore. Ce n'est même pas une bouttade. On en a marre de lui.

Il s'enfuit encore, cette fois-ci dans sa chambre dans laquelle il s'enferma à double tour.

Son rêve se réalisa. Il tailla plein de fois. Même pas le temps de penser à son geste. Il le fallait, c'était tout.
Il écrivit un mot et le colla sur un rapport.
Vertiges. Il chût.

***

Sur le mot, il fut transcris ceci: "je ne demande pas d'aide, je n'en cherche pas. Il est inutile de m'en donner. Tant qu'on ne m'aura pas accepté, je la refuserai."

La conclusion de ce rapport fut ceci: "présente tous les signes d'un trouble envahissant du développement, l'autisme Asperger."


***

Shadow of Myself. Parce qu'il y a encore trop de mystères. Parce qu'il y a des parts d'ombres en nous.

Il se cherche, se noie dans cette ombre.

Il ne demande qu'un peu de lumière pour qu'il se tolère et qu'on le tolère.

Il fut sauvé in extremis.

Acceptera-t-il de l'aide cette fois-ci?

_________________
"Careless realism costs souls" Tuomas Holopainen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://talvi-blutengel.blogspot.fr/
Mia

avatar

Féminin
Nombre de messages : 535
Age : 22
Localisation : Au milieu des étoiles...

MessageSujet: Re: Shadow of Myself   Lun 4 Fév - 1:37

Je crois, aussi étrange que cela puisse paraître, que c'est principalement le mot vertige qui m'a touché dans ce texte.
J'aime beaucoup sinon ! C'est très bien écrit (hormis quelques fautes d’inattention qui me sont déjà sorties de la tête - roooh mais je sers à rien moi !), avec quelques passages qui marquent plus que d'autres (bah oui, sinon ce serait juste un texte qui se laisserait lire, mais sans grand intérêt...).

_________________
Anciennement Lisys.
(_/)
(_'.')
(")_(")
Sommaire de Mia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BlutEngel

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1087
Age : 27
Localisation : Turku, Varsinais-Suomi, Suomi

MessageSujet: Re: Shadow of Myself   Lun 4 Fév - 11:39

(ah oui les fautes, j'ai écrit sur mon portable à une heure pas catholique :/ j'y reviendrai Wink)

Merci!!

_________________
"Careless realism costs souls" Tuomas Holopainen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://talvi-blutengel.blogspot.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Shadow of Myself   

Revenir en haut Aller en bas
 
Shadow of Myself
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Castlevania : Lords of Shadow (PS3, XBOX 360)
» [McFadyen, Cody] Shadow man
» Shadow Creature
» News - Girard-Perregaux WW.TC Shadow
» S.T.A.L.K.E.R. : shadow of chernobyl

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Plume d'écrivain :: L'ATELIER :: Inclassable-
Sauter vers: