*
 

Partagez | 
 

 Ne t'enveloppe pas dans le noir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
BlutEngel

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1087
Age : 27
Localisation : Turku, Varsinais-Suomi, Suomi

MessageSujet: Ne t'enveloppe pas dans le noir   Ven 22 Fév - 19:42

- Ne touche pas à mes livres, où ils se meurent!

Telle une claque, cette phrase l'immobilisa quelques secondes. Il en fut abasourdi. Il osa la regarder du coin de l'oeil, et il la vit toujours dans la même posture: recroquevillée sur elle-même, ses longs cheveux noirs cachaient son doux visage.
Depuis combien de temps était-elle ainsi? Des heures, sûrement, comme d'habitude. Au fond de lui, il se sentit meurtri.

Voilà cinq mois qu'ils s'étaient installés dans leur F1, en vrai petit couple comme on en croise souvent dans les rues. Or; à bien les regarder tous deux, ils n'avaient rien d'un couple ordinaire. On disait d'eux qu'ils se comportaient comme s'ils étaient -au pire- amis.
Rares étaient les démonstrations de tendresse. Encore plus en public. Ils n'en voyaient pas l'intérêt. Ils n'aimaient pas ces personnes qui s'affichaient à outrance, collés l'un à l'autre, voire se roulaient des galoches au vu et au su du monde entier. Dégoûtant.

Il s'approcha lentement, ses pieds ne faisaient aucun bruit sur le carrelage froid. Elle s'anima soudain, quelques mèches glissèrent sur chaque côté de son visage; et, enfin, il put contempler ses grands yeux vert-émeraude. Il n'y avait aucune expression, elle semblait figée telle une statue. C'était ainsi. Inexpressive.

- Ne m'approche pas trop, s'il te plaît, demanda-t-elle d'une petite voix.

Il s'arrêta à deux pas d'elle, à sa guise. Il prit le temps de bien l'observer. Elle ne semblait pas nerveuse, du moins pas plus que cela. Il avait du la surprendre, voilà tout.

- Je ne peux pas t'emprunter ton livre sur la théorie des mondes parallèles?

Elle grimaça. Elle ne supportait pas qu'on lui «vole» ses bébés chéris. Il le savait depuis longtemps. Il lui arrivait de devenir hystérique s'il ne la prévenait pas. Encore plus quand on ne les lui rendait pas.

- Oui, finit-elle par répondre.

Néanmoins, elle avait confiance en lui, et le livre en question ne déménagerait que de quelques mètres. Elle pourrait toujours avoir un oeil dessus au cas où elle commencerait à paniquer.
Il hocha la tête et se saisit du bouquin dans la grande bibliothèque qu'ils avaient remplie au fur et à mesure de ces derniers mois écoulés. Il leur faudra acheter une autre étagère tantôt.

- Nathan?
- Oui?
- Je ne veux pas sortir ce soir.

Il soupira. Encore.

- Rassure-toi, on va chez Daniel, on ne sera que tous les trois.
- Tu es sûr?
- Oui, il me l'a confirmé tout à l'heure.
- S'il a invité quelqu'un d'autre, je rentre!

Il haussa les épaules. Elle ne supportait pas les imprévus non plus.

Nathan finit par la laisser tranquille et s'assit sur le canapé, songeant que les choses pouvaient être compliquées par moments. Mais, il l'aimait telle qu'elle était. Et elle était riche en qualités que certaines personnes n'avaient pas, ou plus suivant comment on regardait les choses.

Il entama le livre et fut entièrement plongé dedans, au point de ne pas se rendre compte du temps qui passait. Il fut subitement interrompu par la main de son amie qui agitait son épaule. Il s'arracha de sa lecture et la fixa, surpris.

- On va être en retard, se contenta-t-elle de dire.

Tel un fauve, il bondit sur ses jambes en marmonnant des gros mots et onomatopées dans sa barbe. Il courut à droite et à gauche dans l'appartement pour enfiler sa veste, chercher ses clés et enfiler ses baskets.
Elle souriait en le voyant faire de la sorte.

- Quoi, Louna?

Son sourire s'élargit. Elle s'approcha de lui et planta son regard dans le sien.

- C'est pas toi qui me disais que dans ces sorties là, ce n'était pas catastrophique d'être en retard?

Il fut freiné dans son élan, un peu blasé. Touché.

- Mouais. T'es prête au moins?
- Oui, mon coeur.

Il ne releva pas ses derniers mots, et préféra savourer ce «mon coeur». Ils sortirent de chez eux et se lancèrent dans une marche dynamique en cette soirée fraîche. Louna accepta la main de Nathan. Il se demanda un instant si ce n'était pas pour se faire pardonner de tout à l'heure; mais, il chassa cette pensée aussi vite qu'elle lui était venue. Elle n'était pas du genre à dissimuler des choses à ce point. Lorsqu'elle voulait s'excuser, elle le disait, au point de le souler par moments.


_________________
"Careless realism costs souls" Tuomas Holopainen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://talvi-blutengel.blogspot.fr/
Osianya

avatar

Féminin
Nombre de messages : 4
Age : 24

MessageSujet: Re: Ne t'enveloppe pas dans le noir   Jeu 7 Mar - 12:40

C'est mon premier commentaire ! Hum, hum...
J'aime beaucoup la manière dont c'est écrit, on a envie de savoir ce qui se passe dans ce couple mais surtout dans le monde extérieur. Les personnalités des personnages sont surprenantes mais ils ont l'air attachants, tout mignons, tout choupi ! Et des livres, des livres, des livres (moi, tu me mets un livre dans une histoire et j'adore, enfin... ça dépend quand même), le coup de la bibliothèque c'est top ! C'est le genre de détails que j'adore...

Bonne continuation dans cette histoire Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wonderlandalice.wordpress.com
BlutEngel

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1087
Age : 27
Localisation : Turku, Varsinais-Suomi, Suomi

MessageSujet: Re: Ne t'enveloppe pas dans le noir   Jeu 7 Mar - 13:53

Merci beaucoup Smile

Ou lalala! J'avais trop envie d'écrire la suite, parce que je suis vite emballée dans mes histoires! Et... au final, toujours pas T_T

Merci à toi d'avoir lu Smile

Oh! Ils sont attachants? Wouah! Merci!

_________________
"Careless realism costs souls" Tuomas Holopainen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://talvi-blutengel.blogspot.fr/
BlutEngel

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1087
Age : 27
Localisation : Turku, Varsinais-Suomi, Suomi

MessageSujet: Re: Ne t'enveloppe pas dans le noir   Jeu 7 Mar - 18:07

THE suite Smile



****


Ils ne durent marcher qu'une quinzaine de minutes dans le petit air frais en cette soirée d'automne, Les yeux de Louna étaient vifs et tentaient de suivre tous les mouvements des feuilles qui s'agitaient ou tombaient. Elle adorait l'automne pour toutes les couleurs qu'il colorait sur le monde. Cela amusa Nathan qui aimait la voir aussi vivante. Il la préférait à tout à l'heure.

Il sonna devant un vieux porche. Ce dernier semblait sinistre et de mauvaise augure. C'était l'endroit idéal pour les petits larcins ou des coups de couteau ni vu ni connu. Leur ami Daniel descendit de son appartement pour les rejoindre. Grand et massif, il aurait été un excellent rugbyman s'il avait décidé d'en faire. Il était tellement imposant qu'au début, Louna avait très peur de lui. Néanmoins, le regard pétillant et doux qu'il avait contrebalançait sa forte carrure de brute épaisse. En vérité, il était tout sauf agressif. Un gros nounours à la guimauve, comme la jeune femme s'amusait à l'appeler.

- Salut les amis! Ça va, demanda-t-il.

Toujours de bonne humeur. Puis, sans attendre qu'ils lui répondent, il les invita à rentrer chez lui. Les escaliers en pierre étaient raides, et tous furent contents d'arriver au palier. Au seuil, un paillasson aux couleurs de la Belgique avec écrit dessus «Home sweet home» attendait leurs chaussures sagement. Daniel ouvrit la lourde porte en bois sur laquelle il avait ajouté deux verrous supplémentaires. Le deux pièces était simple, mais agréable. Les murs peints en blanc étaient recouverts ici et là d'images, reproductions de tableaux ou de posters. En face de la porte d'entrée, il y avait une autre porte qui menait à la chambre à coucher et à la salle de bains. A droite, le salon-salle à manger les attendait, avec d'un côté le canapé et la table basse, et de l'autre une table en bois et trois chaises. Sur leur gauche, la kitchenette se savait être utilitaire, pas davantage.

Les invités s'assirent sur le canapé, et leur hôte tira une des chaises et s'installa près d'eux, la fenêtre derrière lui. Il avait déjà préparé trois canettes de bière, qui les attendaient.

- Bon, alors, vous racontez quoi de beau?

Le couple se regarda en biais, le sourire gêné. C'était vrai: quoi de beau?

- Bah! Le train-train quotidien, répondit Nathan avec un haussement d'épaules.

Ce qui, bien entendu, ne satisfait pas Daniel qui soupira presque immédiatement.

- Si vous commencez à dire ça alors que ça fait pas six mois que vous vivez ensemble, vous êtes mal barrés vous deux, s'exclama-t-il canette en main.

Il but une longue gorgée et leur jeta un œil. Louna avait baissé la tête, à la limite de la honte et elle se tordait les mains nerveusement. Son compagnon n'en menait pas large non plus. Quelque part, leur ami avait raison..

- Vous avez forc...
- J'ai fait des cookies à la pistache, le coupa la jeune femme.

Daniel reprit contenance, sourit et s'exclama:

- Ah! Je savais bien que vous aviez un truc tout neuf qui attendait au chaud rien que pour mes oreilles!

Certes, il en faisait beaucoup trop; mais les connaissant tous deux, il avait adopté cette attitude là pour les stimuler et les encourager à s'ouvrir. Il avait parfois l'impression de se trouver face à deux huitres récalcitrantes. L'ennui, c'est qu'il fallait persister, parce qu'à peine ils osaient ouvrir leur bouche, ils se repliaient instantanément. Louna avait retrouvé sa position effacée, et semblait fascinée par ses chaussures. Nathan la sauva un peu.

- Et toi, quoi de neuf, demanda-t-il à son ami.

Celui-ci se carra, la canette tenue du bout des doigts, un large sourire peint sur son visage bouffé par une barbe assez fournie qui lui donnait aisément dix ans de plus. La meilleure défense était bien l'attaque.

- Oh! Tu sais, le train-train quotidien.... Non, je plaisante, enchaina-t-il très vite. Toujours dans mon délire d'auto-publication... En fait, ce qui est particulièrement pénible, et qu'on nous dit pas assez, c'est que ça prend énormément de temps, poursuivit-il en insistant sur le «énormément». Bien sûr que je savais dans quoi je me plongeais; mais on a ce sempiternel lot de surprises, plus ou moins bonnes, qui nous tombent dessus.

Les voyant toujours aussi figés que des statues, il soupira de nouveau.

- Dites, les bières vont tiédir, et vous savez que c'est dégueu' la bière qui se réchauffe.

Louna et Nathan partirent dans un chapelet de plates excuses à peine audibles, et entamèrent leur boisson simultanément.

- Et là, tu fais quoi, précisément, demanda le jeune homme?
- Je m'auto-corrige, souffla son ami, avec un ton acerbe.
- Pourquoi ne pas passer par une maison d'édition?
- J'ai toujours pas le fric nécessaire, ni la patience d'attendre que mon manuscrit soit validé.
- Oh! Je sais pas, je pensais que c'était plus sécurisant, murmura Louna.

Les deux mâles la toisèrent.

- Oui, enfin, non...C'est compliqué, éluda Daniel. Admettons que tu souhaites publier tes écrits...

La jeune femme rougit.

- Oh oui! Je sais que t'écris, sale petite cachottière! Bref, donc, admettons que tu souhaites publier tes écrits... Tu vas forcément te poser la question cruciale d'auto-publication ou pas. Et ça va te secouer les méninges pendant un moment, parce qu'il y a plein de facteurs que tu devras prendre en compte. Le pire, c'est qu'aujourd'hui, on ne peut pas se contenter de vivre de l'écriture. Tout le monde n'a pas cette chance là. Mais bon, là j'enfonce des portes ouvertes à coups de coudes.

Il fit une pause dans sa réflexion tout en buvant. Non, en fait, il allait s’empêtrer dans ses pensées.

- Bref. Hum! C'est pour dire si je ne sais pas quoi faire de ma vie...
- Dis plutôt que t'es en crise d'insomnie, plaisanta Nathan.
- Oh le vilain! Il m'espionne en plus!
- C'est pas moi qui parle mais Internet!

Daniel fit semblant d'être vexé. Et il l'imitait parfaitement, ce bougre.

- Il est vrai qu'il m'arrive de te voir toujours connectée à deux heures du matin, souligna la jeune femme.

Leur hôte se mit à rire.

- Ouais, je dors pas beaucoup ces temps-ci, admit-il. Bon, c'est pas que, mais il fait faim. Pas vous?

I les leva, posa sa canette sur la table basse et commença à s'occuper des pizzas qu'il avait sorties du freezer.

_________________
"Careless realism costs souls" Tuomas Holopainen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://talvi-blutengel.blogspot.fr/
Lycurge

avatar

Masculin
Nombre de messages : 145
Age : 25

MessageSujet: Re: Ne t'enveloppe pas dans le noir   Jeu 7 Mar - 20:06

Je viens de lire ton texte et j'ai pu retrouver des points communs avec Angst (que je préfère ! ^^) : les personnages blasés, l'ambiance mélancolique, la bibliothèque. Que des choses que j'aime en fait ! Si je préfère tout de même Angst, c'est parce que ce texte ci est trop... "normal". Tu décris une vie ordinaire, des choses ordinaires. Quelque chose que je pourrais vivre en fait. Et moi, je recherche autre chose.

Enfin bref, pas vraiment constructif tout ça pour toi.

_________________
Mes textes : ICI!

Mon animal totem ? Le paresseux. Il doit dormir dans les 18-20h par jour. Son coeur doit battre genre 5 fois à la minute. Un exemple à suivre pour tous !!! tongue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BlutEngel

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1087
Age : 27
Localisation : Turku, Varsinais-Suomi, Suomi

MessageSujet: Re: Ne t'enveloppe pas dans le noir   Ven 8 Mar - 0:47

Mais j'aime la comparaison entre les deux! Smile

J'ai voulu un peu être normale...heu...non...demande ça à ma muse. Bref.
Merci d'avoir lu Smile

_________________
"Careless realism costs souls" Tuomas Holopainen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://talvi-blutengel.blogspot.fr/
Lycurge

avatar

Masculin
Nombre de messages : 145
Age : 25

MessageSujet: Re: Ne t'enveloppe pas dans le noir   Ven 8 Mar - 0:50

^^

En tout cas, j'essaierais d'être plus constructif sur la suite !

Tu as une idée d'où est-ce que tu emmènes tes personnages ? Ou tu te sers "simplement" de ce texte pour te poser des questions sur l'auto-publication ?

_________________
Mes textes : ICI!

Mon animal totem ? Le paresseux. Il doit dormir dans les 18-20h par jour. Son coeur doit battre genre 5 fois à la minute. Un exemple à suivre pour tous !!! tongue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BlutEngel

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1087
Age : 27
Localisation : Turku, Varsinais-Suomi, Suomi

MessageSujet: Re: Ne t'enveloppe pas dans le noir   Ven 8 Mar - 10:16

Je ne sais pas encore où je vais les mener, j'aimerais explorer leur petit couple. J'ai un schéma en tête, rien d'hyper précis, mais au moins, j'ai le squelette ^^

_________________
"Careless realism costs souls" Tuomas Holopainen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://talvi-blutengel.blogspot.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ne t'enveloppe pas dans le noir   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ne t'enveloppe pas dans le noir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Panique dans le noir: il me faut un diagnostic
» Fumer dans le noir
» spectacle dans le noir pour mariage
» SEUL DANS LE NOIR de Paul Auster
» Light painting : seul dans le noir...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Plume d'écrivain :: L'ATELIER :: Inclassable-
Sauter vers: