*
 

Partagez | 
 

 Double sang [Fanfiction du film Superman Returns]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Myrien
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1695
Age : 30
Localisation : Sur une route

MessageSujet: Double sang [Fanfiction du film Superman Returns]   Sam 11 Aoû - 4:36

***
DOUBLE SANG
Fanfiction du film Superman Returns

Affiche de la fanfiction - cadeau d'un fan
Spoiler:
 

Dans les locaux du trente-deuxième étage, les sonneries des téléphones retentissent, les reporters écrivent avec une fébrilité fiévreuse, les photographes tentent de vendre leurs clichés, des informateurs espèrent refiler quelques tuyaux. Partout les gens s’agitent, discutent, rient ou crient, débattent, braquent leurs yeux sur les écrans de télévisions ou lancent des ordres… C’est une journée normale ici. Toutes les journées étaient ainsi, au Daily Planet.

- Tiens, tu vas en avoir besoin !

Le reporter à qui s’adressait la voix releva la tête et sursauta lorsqu’une femme écrasa littéralement une tasse de café sur le bureau. Immédiatement, elle plaça ses poings fermés sur les hanches et, le dos bien droit, déposa sur l’homme un regard insistant. Celui des mauvaises nouvelles.

Ses yeux pétillaient, bien que sa mine fût grave.

Le temps d’un infime battement de cœur, l’homme la détailla à travers ses lunettes. Dans son tailleur un peu serré, avec sa jupe droite et ses cheveux ondulés et bouclés aux pointes, la jeune femme avait ce côté classe et chic de la working girl des années trente. Un petit style qui lui avait toujours plu puisque lui-même était vêtu d’un costume un peu à la vieille mode, la cravate s'enfonçant dans le veston. A eux deux, ils formaient la paire, le « duo rétro », comme on les appelait parfois au bureau.

Le reporter fit mine de saisir la boisson offerte, renversa la moitié de son contenu sur sa paperasse, l’autre moitié sur ses genoux, sursauta avec un « Oh non ! » misérable, tenta de rattraper la tasse et, empoté, l’envoya valdinguer deux mètres plus loin. L’objet se réceptionna sur la tête d’un collègue malchanceux qui était sur sa trajectoire.

- Je, je suis désolé ! s’excusa-t-il à l’attention générale en se relevant à moitié. C’est le matin et… oh mon pantalon.

Loïs, aussi imperturbable qu’inconsciente des talents d’acteur de son ami, se détourna pour chercher deux nouvelles tasses de café chaud et les posa avec un demi-sourire, délicatement cette fois, sur le bord du bureau. Au regard étonné et interrogateur de son coéquipier, elle consentit à répondre à sa question muette.

- Tu es prévisible, Clark. Donc j’en ai préparé trois ! Bon, je peux parler maintenant, pas de catastrophe à l’horizon ?

- Euh, non, répondit-il simplement en attrapant sa tasse à deux mains.

Aussitôt il les retira avec une exclamation douloureuse et souffla sur ses mains.

- Attention c’est chaud ! soupira Loïs. Parfois Clark, j’ai vraiment l’impression d’être en face d'un enfant. Bref, écoute la nouvelle : Lex Luthor devrait être relâché dans deux jours. Après seulement trois ans derrière les barreaux, il se retrouve à nouveau libre de ses mouvements. C’est à croire qu’ils se fichent du monde sur le banc des jurés ! D'après mon informateur, il devra porter un bracelet électronique pendant quelques mois et c'en sera fini de sa peine !

- Mais pourtant Superman a témoigné contre lui cette fois, rappela le reporter. Grâce à ça, Lex avait écopé de plus de soixante-quinze ans, je crois.

- Oui, mais c'était sans compter sur les avocats des deux camps, les jurés et et les hommes politiques qu'il a acheté à travers le monde !

Clark fronça les sourcils.

- Que veux-tu dire ?

Loïs s'assit. Ses yeux étaient brillants d'intelligence, c'était une femme remarquable et il aimait particulièrement quand elle lui exposait ses raisonnements comme elle s'apprêtait à le faire. De toute évidence, son prochain article ne porterait plus sur la commémoration du jour où Métropolis a subi une secousse sismique, provoquant des millions de dollars de dégâts et des centaines de morts. Ce même jour où l'humanité a failli perdre Superman, où Luthor a été arrêté et où est apparue la nouvelle Krypton. Non, la libération de Lex était bien plus brûlante qu'une commémoration, et elle allait lui dire pourquoi.

- Ce que je veux dire, c'est que depuis qu'il est en prison, des lois et des décrets ont été modifiés dans le droit américain et internationnal. Comme tu le sais - j'espère que tu le sais, Clark ! - Lex a été accusé de tentative de crime contre l'Humanité, de tentatives de meurtre, de vol et j'en passe. Seulement la nouvelle Krypton qu'il a créé et que Superman a envoyé dans l'espace, et bien ce n'est plus considéré comme un crime. De plus, il a réussi à faire contesté l'accusation remettant sur ses épaules le seisme.

- Mais c'est lui qui l'a provoqué, pourtant !

- Dans la définition légal d'un séisme, c'est-à-dire celle utilisée pour les assurances, celui-ci ne peut résulter de la création spontanée de matière. Hors, c'est le cas de nouvelle Krypton. Il n'est donc légalement pas responsable !

- Il a donc été sauvé par un vide juridique ! ET pourquoi est-ce qu'il n'y a pas eu une jurisprudence ?

- Parce qu'il a graissé des pattes à tout-va ! Avec quel argent, ça, je n'en ai aucune idée puisque sa fortune a été rendu à la famille Vandernoot. Mais attends ça ne s'arrête pas là.

- Comment as-tu fais pour rassembler autant d'informations en une matiné ? demanda un Clark admiratif.

- J'ai mes secrets, Kent ! Et des informateurs bien placés. Avec quelqu'un comme Lex, il vaut mieux toujours se tenir au courant.
Bon, je continue : grâce à la privatisation d'une part de l'océan atlantique organisée par l'Etat pour renflouer les caisses, il a pu acheté la part de terre où sa "tentative de crime contre l'humanité" a été commise.

- Tentative, seulement ?

- Oui, l'expansion de nouvelle Krypton aurait fait monter le niveau des eaux et englouti une part importante des bords des continents. Mais comme Superman est intervenu, il n'y a pas eu de crime.

- Je vois...

- Et donc, par des modifications voté en assemblée, il a été possible d'acheter des parts d'océan. Hors, ses avocats étaient étrangement très au courant de l'évolution du droit internationnal, il a acheté la part correspondant à son crime, et par rétroaction, son acte est devenu un "comportement à risque sur un terrain privé" et sa peine s'est allégée de quelques dizaines d'années. C'est plus ou moins le même schéma pour la majorité des autres chefs d'inculpation. Ah ! Et j'oubliais le dernier pied-de-nez à cette affaire, je te le donne en mille...

- Il sera libéré le jour même de la commémoration ! compléta Clark, impressionné par les talents d'enquêtrice de sa partenaire.

Intérieurement, il s'en voulait et se sentait impuissant comme jamais. Il y a huit ans, il n'avait pas témoigné et Luthor était sorti après cinq années d'emprisonnement seulement. Il y a trois ans, il s'était présenté sur la barre des témoins, et ça n'avait rien changé...

- Pourquoi...

- LOÏS ! CLARK ! DANS MON BUREAU ET QUE CA SAUTE !!

- On arrive, Perry.
- Tout de suite, monsieur White !


A SUIVRE...

Quelques informations :
Spoiler:
 

Nom donné au nouveau continent que Lex Luthor a essayé de créer dans l'océan pacifique, dans Superman Returns. Alors que la roche faite de pierre et de kryptonite était encore en pleine expansion, Superman l'a envoyé dans l'espace, où elle continue à grandir.
Cette nouvelle Krypton aurait du pousser dans l'océan et créer ainsi un nouveau continent habitable, ce qui aurait repoussé les eaux du monde sur les terres, entrainant la mort probable de centaines de millions de personnes (d'où la tentative de crime contre l'humanité). Nouvelle Krypton a été créé à partir d'un cristal de la Forteresse de solitude de Superman, son "domaine" situé au pole Nord.


FORTERESSE DE SOLITUDE






La forteresse de solitude est une réplique de l'architecture de Krypton (la planète d'origine de Superman) sur Terre. Elle obéit à une technologie basée sur les cristaux et c'est grâce à cela que Kal-el (Superman) peut converser avec la mémoire de son père, Jor-el.
De l'extérieur, la forteresse est quasiment indétéctable car elle bénéficie d'une protection visuelle : un champ de perturbation météorologie.
Dans le film Superman Returns, Lex Luthor et ses accolytes pénêtrent dans les lieux, y dérobent quelques cristaux. Ces derniers ont des propriétés surprenantes car s'ils sont plongés dans l'eau, leur masse se multiplie (c'est comme ça qu'est apparu la forteresse de solitude). De plus, ils héritent de la propriété des minéraux à leur contact. Ainsi, c'est en les mélangeant à de la kryptonite et en les plongeant dans l'océan qu'est apparue la "nouvelle Krypton".
Si vous avez des questions, n'hésitez pas.


Dernière édition par Myrien le Mar 14 Aoû - 5:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lecasquedorion.blogspot.fr/
Myrien
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1695
Age : 30
Localisation : Sur une route

MessageSujet: Re: Double sang [Fanfiction du film Superman Returns]   Dim 12 Aoû - 5:47

***

- Loïs, Clark, installez-vous.

Les deux reporters vedettes du Daily Planet prirent place dans les fauteuils et attendirent que Perry White prenne la parole.

Après un silence conséquent durant lequel le rédacteur en chef rassembla bien ses pensées, il se lança :

- Bon, je suppose que je ne vous apprends rien en vous annonçant que Lex Luthor quittera la prison après-demain. Inutile de répondre, je vous connais comme si je vous avez fait. Surtout vous, Loïs. Alors voilà ce qu'il va se passer. Percy va s'occuper de la commémoration, vous deux, vous enquêtez sur Luthor et vous me pondez un article demain avant vingt heures, prêt à sortir en presse, expliquant en long en large et en travers comment et pourquoi il est dehors.
Je ne veux pas de mélodramatique, pas de discours ennuyeux. Ca doit faire la une et je veux que vous me sortiez des informations inédites. Parler de son séjours en prison, c'est bon pour le Star*. Moi, je veux que quand monsieur tout le monde attrape mon journal, il comprenne qui est cet homme, ce qu'il a fait, ce qu'il devait purger, par quelle magouille il est sorti et pourquoi il devrait figurer dans lme top dix des personnalités dangereuses, avec des faits. Je veux des faits. Nous sommes le Daily Planet, pas un vieux chioffon : pas une seule affirmation exclusive sans preuve. Et si vous pouvez trouver de quoi me le renvoyer au trou, je prends aussi !
Emmenez Olsen avec vous pour une photo exclusive. Vous avez compris ? (Perry White s'appuya sur le bureau et se pencha en avant, tendant sa main libre pour compter jusqu'à trois avec ses doigts : ) Je veux du sérieux, du documenté, et de l'exclusif...

Les deux reporters attendirent la suite du discours de Perry, qui ne les avait toujors pas bougé, son "trois" toujouts tendu vers eux. Puis il se redressa soudain, écartant les bras, étonné :
- Vous êtes encore là ? Allez, allez au boulot ! finit-il en tapant des mains.

Ainsi était Perry White, et on ne le changerait pas.

Loïs ne dit rien et sortit du bureau pour rejoindre son collègue de travail : le téléphone. Clark imita celle-ci et se lança dans une recherche Internet. Aucun d'eux ne discuta du comportement et des décisions de Perry. Sa protégée, qui est également sa meilleure reporter, avait failli mourir à cause de Lex. Les deux journalistes savaient que la libération de ce criminel était pour lui un lourd poids sur les épaules et qu'il lui vouait une haine et une peur qui touchaient presque à l'irrationnelle.

Ce sentiment, partagé aujourd'hui par une écrasante majorité de la population de Métropolis, était tout à fait compréhensible du point de vue de Superman et de Loïs, qui avaient appris la manipulation des cristaux par Lex.

Tous les autres se posaient cette question : comment un être humain aurait-il pu créer un continent, à moins d'être "plus" qu'un humain ? Mais vendre la mèche sur les cristaux signifiait perdre l'avantage qu'offre la détention d'une si grande information.

- Les anciens comparses de Lex sont morts, tous dans des conditions étranges et dans les deux dernières années, lança Clark en fermant l'onglet des rubriques nécrologiques. Ce n'est pas étonnant, mais ça pourrait faire un bon début d'article.

La mort d'un être humain, même dangereux, n'était jamais une source de satisfaction pour lui. Un homme et une femme savaient pour le pouvoir des cristaux, un homme et une femme étaient morts pour ça. Cela confirmait que Luthor, malgré sa détention, bénéficiait encore d'un grand pouvoir. Comment lui, Superman, avait-il pu faire preuve d'autant de laxisme envers lui ?

Loïs raccrocha le combinet et se rapprocha de Clark jusqu'à ne se trouver qu'à quelques centimètres de son visage, qui s'empourpra imperceptiblement.

- S'ils ont disparu, chuchota-t-elle, c'est qu'il est désormais le seul, à part nous et Superman, à connaître l'emplacement de la forteresse de solitude.

- C'est certain, appuya Clark sur le même ton. Mais je doute que Superman le laisse s'en approcher une fois de plus. A l'époque, il n'était pas sur Terre et son domaine n'était pas protégé, maintenant c'est le cas.

- Bon raisonnement, Kent ! fit-elle tout haut en se redressant à nouveau. Sinon, pendant que tu pianotais, je nous ai dégoté un entretien avec un avocat qui cherche à se repentir. Allons-y !

Sur ces mots, elle attrapa son veston et s'enfonça dans la foule qui habitait l'étage en se traçant un passage comme le ferait une flèche dans l'air, direction l'ascenceur.

- Euh, attendez-moi ! appela Clark en s'élançant maladroitement à sa suite.

- Pas de vouvoiement, Clark, on se connait maintenant, entendit-il dire Loïs sur le ton de l'évidence.

Arrivés en bas, il eut à peine le temps de faire quelques pas que elle, elle appelait déjà un taxi. Une fois de plus, il la suivit et parvenait tout juste sur le trottoir lorsqu'elle s'engouffrait dans une voiture.

Clark l'imita mais manqua la marche du trottoir et trébucha, se rattrapant de justesse avant de s'encastrer dans la tôle.

- Dépêchez-vous Clark ! Vous n'êtes vraiment pas possible !

Oui, Kal-el jouait son rôle à merveille...
D'ordinaire seulement. Car à cet instant précis, il ne l'avait pas fait exprès. Et ce n'était pas la première fois.

S'appuyant sur le capot de la voiture, il releva la tête vers la source de sa gêne. Dans le ciel scintillait légèrement un objet lointain. Très lointain. Cet éclat que tous voyaient mais dont on ne parlait encore que très peu, sinon en chuchotant. Parfois un sujet dédié au journal du soir ou un article dans la presse à scandale faisait l'état de l'avancement de la chose. Cependant, la situation était de plus en plus clair : la Terre ne serait jamais plus comme avant.

Tous l'avaient baptisé Nouvelle Krypton, cet astéroïde qui avait continué à grandir jusqu'à devenir le second satellite naturelle de la Terre. Trois fois plus petit que la lune, il n'en était pas moins une masse faramineuse de kryptonite qui survolait la Terre en permanence et dont les effets sur celle-ci étaient indéniables... Pourquoi la NASA n'avait-elle pas encore tenter d'y atterrir, cela restait encore un mystère.

Ce qui ne l'était pas, pour personne, c'était que lorsque Krypton était visible, Superman se montrait moins, et inversement.

- Clark ! On embarque, allez. Le taxi ne va pas attendre encore longtemps. Eho !

- Je, oui !

Depuis un peu plus d'un an, Superman n'était plus tout puissant.
Depuis plus d'un an, il lui arrivait même d'être blessé...
Oh, jamais rien de grave.
Pour l'instant.


***


La voix résonnait légèrement lorsqu'elle parlait à travers le cristal-écran.

- Voilà déjà trois ans que nous discutons... et nous avons beaucoup avancé tous les deux... Tu ne trouves pas ?

- Oui.

- ... Je pense que nous avons fini par... trouver des points d'accord ensemble. Que nous avons finalement plus d'atomes crochus que nous voulions bien le croire au début.

- Oui.

- ... Peut-être es-tu impatient de sortir ?

- Quand pourrais-je enfin sortir ?

- ...Lorsque je viendrai te libérer.

- Quand ?

- ... Lex Luthor ne reste jamais bien longtemps au même endroit...

- Quand ?!

- ... Lex Luthor ne reste jamais bien longtemps au même endroit...

- Quand !!

- Récitons ensemble.

Ne pouvant ni l'un, ni l'autre, échapper à la récitation, les deux êtres se lancèrent d'une même voix.

"- Extra-terrestre profitant de la faiblesse de l'humanité, Superman représente la plus grande menace pour l'espèce humaine depuis..."


A SUIVRE...


*Le Star : est le journal de Métropolis concurrent du Daily Planet.

Aperçu de Nouvelle Krypton
Spoiler:
 

Personnages
Spoiler:
 

Si vous avez des questions, n'hésitez pas.

_________________

Un poète est un monde enfermé dans un homme.
Sommaire de MYRIEN
***
VOTER POUR LE FORUM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lecasquedorion.blogspot.fr/
Françoise_Moisie

avatar

Féminin
Nombre de messages : 829
Age : 49

MessageSujet: Re: Double sang [Fanfiction du film Superman Returns]   Dim 12 Aoû - 21:59

Ho ... Mon ... Dieu ...

Citation :
Depuis un peu plus d'un an, Superman n'était plus tout puissant.
Depuis plus d'un an, il lui arrivait même d'être blessé...
Oh, jamais rien de grave.
Pour l'instant.

Là tu viens de trouver le myrien heu ... le moyen de me tenir en haleine !!!

Pour le moment, j'aime beaucoup ! C'est impec' !!

VITE LA SUITE !!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myrien
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1695
Age : 30
Localisation : Sur une route

MessageSujet: Re: Double sang [Fanfiction du film Superman Returns]   Dim 12 Aoû - 22:05

J'ai un début de fanfiction Superman qui plait à tata Françoise !!!

cheers WOUHUOUU ! cheers

drunken

_________________

Un poète est un monde enfermé dans un homme.
Sommaire de MYRIEN
***
VOTER POUR LE FORUM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lecasquedorion.blogspot.fr/
Myrien
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1695
Age : 30
Localisation : Sur une route

MessageSujet: Re: Double sang [Fanfiction du film Superman Returns]   Dim 12 Aoû - 23:31

Il leur fallut un peu moins d'une heure pour parvenir à l'adresse indiquée. Métropolis était bien grande... C'était un cabinet d'avocats et, au vue du nombre d'étages qu'ils utilisaient, c'en était un gros.

- Allons-y, lança Loïs lorsqu'ils eurent payé le chauffeur.

Le téléphone de Clark sonna à ce moment. Numéro inconnu.

- Clark Kent, j'écoute !

- Bonjour, Clark. J'ai reçu aujourd'hui un courrier adressé qui devrait t'intéresser.

- Un courrier qui m'intéresse ?

- Oui. Et je pense qu'il intéressera aussi notre ami commun Superman.

Loïs se retourna vers son partenaire.
- Ça ne va pas Clark ? Tu es tout pâle tout à coup.

- Mademoiselle Lane n'est pas au courant, n'est-ce pas ? reprit la voix.

- De quoi parlez-vous ? tenta le reporter.

- Que vous êtes Superman.

La nouvelle, avouée avec tant de simplicité, désarçonna le super-héros. Pendant un instant, ce fut comme si son monde s'écroulait, le monde devint flou pour la première fois de sa vie. Il avait un malaise. Comment était-ce possible ? Il devait savoir.

- Pourquoi dites-vous cela ? tenta-t-il.

Mais l'autre n'était pas dupe.

- Clark, sachez déjà que notre conversation est sécurisée au plus haut niveau possible actuellement sur Terre. Ensuite, je vous avouerai que j'ai relié un certain nombre de machines à mon téléphone, et que d'ici, j'ai pu observer toutes les petits modifications de votre timbre de voix, votre souffle ainsi que les battements de votre coeur. Tout cela corrobore largement mes dires, je pense. Maintenant je conclus. Clark, je ne suis pas un ennemi. Retrouvez-moi au plus tôt, voici mon adresse...

Loïs était revenue auprès d'un Clark presque aussi blanc que neige.

- Qu'est-ce qui se passe ? demanda-t-elle. Tu vas bien ?

Le reporter raccrocha enfin, les yeux brillants autant que le teint maladif. Il posa sur sa collègue un regard lourd de réflexion. Que devait-il faire ? L'emmener avec lui ? Elle apprendrait tout et ça compliquerait nettement la situation entre eux, ainsi qu'avec Richard et le petit Jason, son fils.
D'un autre côté, il ne voulait plus lui mentir ainsi. C'était trop dur à porter, le mensonge. En réalité il aurait du lui révéler son identité il y a trois ans déjà. Mais il ne l'avait pas fait, et chaque jour la situation empirait, il était plus difficile de parler. Là, il en avait l'occasion..

- J'ai un informateur qui doit me donner quelques tuyaux, dit-il pourtant. Je... je dois y aller. Seul.

- Seul ? Maintenant ? Clark, tu as toujours été un très mauvais menteur !

- Oui... Désolé, lâcha Clark en s'éloignant déjà. Désolé Loïs, on s'échange les info's plus tard. Rendez-vous au Planet ! Pardonne-moi !

- Mais de quoi tu veux que...

Déjà il s'était engouffré dans un taxi.
Loïs Lane était quelqu'un de fort psychologiquement, d'intrépide aussi, et une assez bonne juge. Là, dans les yeux de Clark, ce qu'elle avait vu n'était pas de la gêne mais un véritable sentiment de mal-être. Comme s'il lui avait véritablement fait du mal et s'en voulait... de la culpabilité. Pourquoi ?

Son attention fut détournée par un trait brun filant dans le ciel, si rapide qu'elle aurait pu douter immédiatement de ce qu'elle avait vu. Mais elle n'oublia pas, et ne douta pas. Pire, elle commençait à recouper des éléments.
Immobile dans la rue, devant la porte d'un magnifique cabinet d'avocat, on aurait pu croire qu'il s'agissait d'une cliente ayant perdu un procès. Mais non, c'était bien plus.
Elle se revit auprès de lui les rares fois où il s'était tenu bien droit, les rares fois où elle l'avait effleuré par inadvertance, les rares fois où leurs yeux s'étaient vraiment croisés. Elle revit ses yeux, son regard... Cette douleur qu'il avait montré mais qui ne correspondait pas à la théorie qui germait dans son esprit. Pourtant si c'était le cas...
Elle porta une main à sa bouche alors qu'une goutte d'eau chercha à s'échapper de ses yeux.

- Clark...


***


Un homme en complet noir et chemise blanche pénétra dans une salle gigantesque et sombre.

- Votre invité est arrivé, monsieur, fit le vieil homme avec un petit accent anglais.

- Parfait, dites-lui de venir, répondu un homme assis face à un écran géant, occupé à réaliser quelques calculs obscures.

Le majordome, du haut de l'escalier, se racla la gorge avec politesse.

- Ne pensez-vous pas qu'il serait préférable de le recevoir dans le bureau, monsieur ?

- Non Alfred, et puis ça ne servirait à rien. Notre invité sait déjà qui je suis à présent.

Alfred pinça légèrement les lèvres et haussa un sourcil. Lentement, il reprit.

- J'avais déjà compris cela, monsieur Bruce. Mais je persiste à croire qu'il est plus courtois de recevoir quelqu'un dans un lieu moins humide, moins sombre et mieux fourni en fauteuil ainsi qu'en chauffage naturel. Mais ce n'est que mon avis. Souhaitez-vous que j'apporte un plateau d'amuses-bouche avec ?

- Très bonne idée Alfred !

- Bien. Il me reste quelques croûtes de pain qui feront de magnifiques hors d'oeuvre. Peut-être reste-t-il également un peu d'eau croupie dans les oubliettes et...

- Très bien j'abandonne.

Enfin, Bruce s'avoua vaincu et quitta son fauteuil et remonta prestement les marches joignant la bat-cave au manoir Wayne. Alfred, qui n'avait pas bougé depuis le début, l'attendait avec une mine souriante, c'est-à-dire que ses lèvres étaient un peu plus pincées qu'à l'ordinaire.

- Où recevrez-vous monsieur Kent ?

- Dans le bureau du deuxième, celui avec...

- Avec les fauteuils en velours rouges, oui monsieur, coupa Alfred en s'éloignant.

- Dites-lui d'attendre et servez-lui quelque chose, je vais prendre une douche.

- Bien monsieur. Et usez donc d'un peu de ce stick anti-cernes. Cela vous fera le plus grand bien !

- Merci... Alfred.

_________________

Un poète est un monde enfermé dans un homme.
Sommaire de MYRIEN
***
VOTER POUR LE FORUM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lecasquedorion.blogspot.fr/
Françoise_Moisie

avatar

Féminin
Nombre de messages : 829
Age : 49

MessageSujet: Re: Double sang [Fanfiction du film Superman Returns]   Dim 12 Aoû - 23:51

Mais où vas-tu en venir avec ça ? Very Happy


Bon par contre ... Ecoute.
Myrien.
Mon p'tit chéri.

Je suis prête à attendre un peu plus longtemps entre chaque article, si tu fait deux fois plus long !!!
Parce que là, c'est FRUSTRANT ! C'est trop COURT !!

Ha non enfin alors, écoute ! Hoooo, nan mais .... Voilà quoi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myrien
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1695
Age : 30
Localisation : Sur une route

MessageSujet: Re: Double sang [Fanfiction du film Superman Returns]   Lun 13 Aoû - 0:04

Je vais y réfléchir.

Et je sais parfaitement où je vais (pour le moment) Wink

_________________

Un poète est un monde enfermé dans un homme.
Sommaire de MYRIEN
***
VOTER POUR LE FORUM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lecasquedorion.blogspot.fr/
Myrien
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1695
Age : 30
Localisation : Sur une route

MessageSujet: Re: Double sang [Fanfiction du film Superman Returns]   Mar 14 Aoû - 4:26

***
Après un temps d’attente qui dépassait de loin les bornes du convenable, Clark vit enfin arriver Bruce Wayne, l’homme le plus riche de Gotham City. Il ne se le cachait pas, et ne le cachait à personne. C’était une personnalité aussi controversée que respectée, signant des chèques à tout va pour les associations humanitaires et dépensant sans compter dans les hôtels, qu’il faisait siens, bien entendu.

Le reporter s’était contraint pendant tout ce temps et s’était plié aux règles imposées par son hôte. Néanmoins, et malgré le calme surprenant dont il faisait preuve d’ordinaire en toute situation, il comprit que cet homme, Bruce Wayne, avait réussi à le laisser dans un certain état de tension. Chose qu’il n’appréciait guère.

Le playboy multimilliardaire, vêtu d’un simple jean et d’un haut noir à manches longues qui ne pouvait cacher ses multiples cicatrices aux yeux de Superman, s’avança jusqu’à lui et lui tendit la main avec un sourire.

- Bruce Wayne, enchanté.

- Clark Kent, mais vous le savez déjà.

Son rôle de garçon timide n’avait pas lieu d’être avec cet homme, aussi ne se cachait-il pas. Et lorsque Clark se releva, il dépassait presque d’une tête celui qu’il savait être le chevalier noir. La batcave n’avait pas échappé à son regard.

Les deux héros se toisèrent un instant, chacun évaluant la personne qui lui faisait face et ce qu‘il représentait. Le sourire de Bruce avait disparu, celui de Clark aussi. Finalement ce dernier reprit la parole.

- Après m’avoir demandé de me dépêcher, pourquoi m’avoir fait attendre ?

- Très juste. Pour répondre honnêtement, j’aime savoir à qui je m’adresse. C’était une façon de récolter des informations.

Les super-sens de Clark analysèrent le rythme cardiaque et la dilatation des pupilles : aucun doute, celui-ci parlait sincèrement, il n’y avait pas une once d’aveu de mensonge dans son corps.
Bruce ne s’était pas interrompu et continuait de parler en s’éloignant vers le bureau de bois sombre près d’eux.

- Mais ne perdons pas plus de temps. (Il ramassa une enveloppe sur le bois et retourna vers son invité : ) Rassieds-toi je t’en prie. Enfin, rasseyez-vous, comme tu veux. Comme je le disais, j’ai quelque chose pour toi. Il s’agit d’un courrier, reçu ce matin même, adressé à ma personne en raison de ma fortune. Sachant depuis longtemps qui tu es ainsi que ton métier, j’ai pensé que ça t’intéresserait.

Bruce avait fini par imposer le tutoiement. Ça ne plaisait pas spécialement au reporter, mais l’autre était en position de force et sa vie secrète faisait de lui un allié par défaut. Alors après tout, pourquoi pas ?
L’homme lui jeta l’enveloppe en s’asseyant, soupirant d’aise comme s’il ne s’était pas offert un tel moment de plaisir depuis longtemps

- Lis, moi c’est déjà fait.

L’homme d’acier posa son regard sur le papier, lut à travers la matière et la reposa sur la petit table basse en bois laqué qui les séparait.

A présent, il regardait Bruce d’un autre œil et comprit que malgré son côté direct et son manque de subtilité, malgré son tempérament égoïste et sa tendance à oublier ses invités, c’était bel et bien un allié.
Mais ce qu’il venait d’apprendre était tellement incroyable que sa conscience avait du mal à accepter la chose.

- Déjà lu ? demanda le héros de Gotham.

- Oui. Es-tu sûr qu’il ne s’agit pas d’une très mauvaise farce ?

- Non, affirma Bruce avec gravité. Tu veux des précisions ? On peut descendre à la batcave si tu veux.

- … Bat…cave ?

Bruce sourit.

- J’aime mettre des « bat » derrière mes gadgets.


***


Les gadgets dont avait parlé le milliardaire devaient coûter au moins aussi cher à l’unit, que les bénéfices du Daily Planet sur dix ans.
Bruce était assis sur un fauteuil énorme et agitait les doigts à une vitesse hallucinante sur son clavier tout en fixant l’écran d’ordinateur géant. Clark, quant à lui, était resté debout, poings sur les hanches ; et laissait vagabonder son regard bleu acier sur la batcave jusqu’à ce que son hôte l’appelle.

- Au fait, tu t’y connais en droit ?

« Encore du droit ? » pensa Clark. Il allait répondre lorsque Bruce poursuivit, comme s’il considérait être le seul à pouvoir comprendre, comme si sa question avait été rhétorique. Il avait un côté antipathique décidément très prononcé.

- Je ne t’apprendrai rien sur la création de nouvelle Krypton. Donc je vais faire un topo rapide sur ça.

Tout en faisant son exposé, des images s’affichaient sur l’écran.

- Partons du début. Tu t’appelles Kal-el et tu viens d’une autre planète.

-Comment tu sais ça ?

- Je sais trouver les informations, éluda-t-il. Tu as donc débarqué ici et si Clark a une identité légale, Superman, lui, n’en a pas. Tu es donc au-dessus des lois, mais autrement dit : les lois ne te concernent pas.

Clark fronça les sourcils.

- C’est faux, je respecte les lois autant que possible.

- Non. Clark les respectent, mais si Superman ne tue pas, ne vole pas la propriété d’autrui, il se permet néanmoins de perquisitionner, d’espionner les gens avec sa super-ouïe, de se balader dans des espaces aériens sans autorisation et j’en passe. De la même manière que ces actes n’ont jamais été imputables à Superman, il faut comprendre que Superman n’a pas de possession propre.

- Je ne vois pas où tu veux en venir.

- En plus clair, si quelqu’un te prend ton costume bleu et ta cape, tu ne pourras pas porter plainte, parce que tu n’auras pas d’identité légale. C’est déjà un miracle qu’on t’a laissé le droit de parler pour inculper Luthor. Mais bref. Luthor, lui, connait mieux ses droits que toi. Nouvelle Krypton n’est pas légalement « naturelle ». C’est une création artificielle, réalisée à partir d’une technologie extraterrestre basée sur l’utilisation de cristaux de quartz modifiés au niveau atomique. Et cela sur une idée originale de monsieur Lex Luthor.

Clark frissonna en comprenant d’avance ce qu’allait dire Bruce Wayne. Celui-ci conclut son explication.

- Oui, fit le chevalier noir, la mine sombre. Luthor, qui avait prévu de vendre des parts de nouvelle Krypton, avait posé un brevet sur sa création, la revendiquant comme son invention. Ce qui n’est pas tout à fait faux, mais comme les cristaux t’appartiennent et que tu n’as pas d’identité légale, tu ne peux pas faire de réclamation. Sans compter que tu as renoncé publiquement à ta nationalité américaine, ce qui n'a fait qu'empirer ton cas pour certains républicains et démocrates : dorénavant, eux qui voulaient t'utiliser n'avaient plus aucun pouvoir sur toi, tu n'étais même plus américain. Oui, ça n'a pas jouer en ta faveur quand tout s'est décidé. Bref, le nouveau satellite est aujourd’hui en orbite et sa surface est mise en vente pour une filiale de Lex Corp a des prix exorbitants. La première résidence secondaire extraterrestre, en-dehors des lois, accessible aux plus riches, cela va de soi.

- Et voilà pourquoi tu as reçu ce courrier aujourd’hui…

Clark ne le montrait pas, mais un sentiment d’injustice le gagnait petit à petit. Devait-il considérer cela comme une trahison de l’espèce qu’il défendait si durement ?

- Exactement. Et voilà aussi pourquoi l’armée n’a pas encore atterri sur nouvelle Krypton : c’est un terrain privé.

- Ca se tient, accepta le kryptonnien. Mais il y a une chose que je ne comprends pas. Ce courrier te propose d’acheter un terrain, mais ce n’est qu’une terre sans atmosphère, alors à quoi ça sert de…

- Tu te trompes, affirma Bruce en lui coupant la parole.

Immédiatement, il se remit à piannoter à une vitesse folle, faisant s’afficher des photographies de nouvelle Krypton.

- J’ai quelques satellites espions en orbite, précisa-t-il.

Les clichés montraient une terre sombre aux reflets verts…
Revêtue de plantes et d’arbres ! Une flore terrestre qui ressemblait à celle des périodes préhistoriques !

- Mais…

- Les cristaux de Krypton assimilent les propriétés de leur environnement, et pour pouvoir soulever le bloc de kryptonite en expansion, il y a trois ans, tu es parti sous terre et a emporté un morceau de croûte terrestre avec toi…

Clark était maintenant bouche bée par la nouvelle.

- C’est… J’ai emporté la matière qui a servi à créer une atmosphère ?

- Oui. Maintenant Luthor bénéficie de sa liberté et d’une planète miniature qui t’est interdite d’accès, en plus d’une provision de kryptonite sans précédente. Beaucoup de gens ont payé d’avance et à vingt millions de dollar le m², ça fait une sacrée somme. J’ai d’ailleurs déjà commandé un cinq-cents m² pour une villa. Il vaut mieux se prévoir un pied à terre pour le jour où il faudra y faire un tour. Tu ne m’en voudras pas de ne pas t’y inviter…

Clark ne releva pas l’humour mal placé de Bruce et reporta la conversation sur un point qui le dérangeait.

- Et comment pouvez-vous vous y rendre ? Les fusées ne sont pas si sûres. Pas encore.

- Détrompes-toi ! Tu te souviens de l’avion-fusée que tu as sauvé il y a trois ans à ton retour ? (il laissa à Superman le temps de bien se remémorer l’engin. L’avion transportait une fusée et les deux véhiculent se séparaient haut dans l’atmosphère, ce qui réduisait à presque zéro les risques d’accident de fusée au démarrage : ) Et bien c’est ça, le transport du futur. On peut même déjà acheter son propre avion-fusée. J’en ai deux, conclut-il.

Tout était ficelé. Luthor recouvrait et multipliait même sa fortune grâce aux cristaux volés dans sa forteresse. Plus dangereux que jamais…

- Et maintenant ? demanda Bruce.


***


- Clark ! Tu en as mis du temps ! lança Loïs.

Assise sur sa chaise de bureau, elle attendit qu’il s’installe avant de reprendre.

- J’espère que tu as du lourd, car moi oui !

Oui, il avait du lourd…



A SUIVRE...

Spoiler:
 

_________________

Un poète est un monde enfermé dans un homme.
Sommaire de MYRIEN
***
VOTER POUR LE FORUM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lecasquedorion.blogspot.fr/
Myrien
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1695
Age : 30
Localisation : Sur une route

MessageSujet: Re: Double sang [Fanfiction du film Superman Returns]   Jeu 16 Aoû - 2:47

Ils étaient allés s'aérer l'esprit au bistro en face du Daily Planet. Là, assise face à son irish café, Loïs s’était lancée dans un récit long et fastidieux, expliquant comment Lex, en respectant scrupuleusement la loi, avait pu réduire sa peine de soixante-quinze ans en prison carcérale à neuf ans dans une prison simple. Puis comment, de neuf ans, il était descendu à trois ans et un bracelet électronique : la bonne conduite !

- Non mais tu ne trouves pas ça complètement dingue ? criait-elle presque, effrayant les nombreux clients.

- Si, si, répondit Clark en posant une main sur Loïs pour qu’elle se rasseye. Mais si tu trouves ça fou, laisse-moi te raconter les nouvelles de ma source…

Clark lui tendit la brochure et lui résuma les faits. Sa partenaire était sidérée.

- Je crois que nous avons tout ce qu'il faut pour un article, conclut-il.

Mais Loïs n'avait pas bronché. Elle avait attendu un long moment, fixant son regard dans celui de Clark, qui souleva un sourcil.

- Il y a un problème, Loïs ?

Les yeux de la reporter s'humidifièrent instantanément, comme si la question de Clark avait débuter une oeuvre de sape sur un barrage trop longtemps fermé.

- Loïs ? insista-t-il. Il y a... un problème ?

- Comment as-tu obtenu cette information, Clark ? Ne me réponds pas "un informateur". Tu connais beaucoup d'informateurs qui regardent le courrier des milliardaires ?

Il s'apprêta à répondre lorsqu'il se rendit compte que la meilleure excuse possible ne tiendrait pas la route. Ses super-sens lui offraient des informations uniques. Et parmi ces informations, il lisait clairement un état de nervosité rarement atteint. Quelque chose n'allait vraiment pas.

Et à vrai dire, s'il avait voulu répondre, il n'en aur'ait pas eu le temps car elle poursuivit sans attendre.

- Comment ai-je pu ne pas m'en rendre compte, depuis tout ce temps ? Le jour de ton arrivée au Daily Planet, le jour même de ton arrivée ! Bon sang Clark ! Et tu es parti pendant tant d'années, sans rien dire, et tu es revenu, encore une fois le jour même !

A ce moment là du discours, la plupart des regards étaient braqués sur Loïs, qui était debout et faisait les cents pas devant Clark. Le reste des clients jetaient des regards peu amènes à "celui qui avait menti".

- Tous ces petits mensonges, tous les jours ! Toi, qui te pavane en affirmant que tu ne mens pas ! Tu le plus invétéré que j'ai jamais rencontré ! Et notre fils ! Tu y as poensé ? Depuis tout ce temps il ne sait mêem pas qui tu es !

Là, l'amlbiance était carrément à l'animosité. Loïs risquait de laisser échapper une parole de trop.
Pour la première fois, l'empôté Clark et le confiant Superman se mêlaient en une seule et même personne. Lui qui bénéficiait de la culture cumulée de dizaines de mondes habitant les vingt-huit galaxie connues de Krypton, lui qui connaissait la vie de tous ces mondes, le fonctionnement de leur société... il ne savait comment réagir devant une jeune femme humaine.

Filament, tou ce qui sortit de sa bouche lorsqu'il trouva suffisament de salive pour articuler fut :

- Loïs, on sort ?

- Quoi ? Et tu me demandes si on sort ? Mais Clark, comment peux-tu demander quoi que ce soit !

Finalement, il se décida à jouer de sa prestance, et se redressa face à elle, le regard sérieux et plein de compassion, à la manière de Superman. Son véritable regard. Droit comme le héros qu'il était, il planta ses yeux dans ce de Loïs, qui s'arrêta immédiatement de marcher. Elle le regarda à son tour, y voyait l'homme en cape rouge qui habitait son coeur.

Ensemble, ils sortirent.


***


Deux jours plus tard.

Debout derrière son pupitre, les main posées à plat, l'homme parcourait la foule de son regard. Des journalistes à l'avant, des badaux haineux à l'arrière, et un service de sécurité digne du président des Etats-Unis pour assurer sa sécurité.
Il y avait eu trois tentatives d'attentats depuis sa sortie de prison, il avait donc bien fait.

Un petit coup sur le micro pour constater que celui-ci fonctionnait, une grande inspiration, et il se lança.

- J'ai fait des erreurs, commença-t-il. Beaucoup d'erreurs. Mais j'ai purgé ma peine, sans tenter de frauder comme par le passé. Oui, devança-t-il, cela n'a duré que trois ans, dont deux en très haute sécurité. Là-bas, j'y ai beaucoup appris. Là-bas... (il baissa la tête, sans tomber dans le théâtrale) j'y ai vécu de dures expériences. J'ai été malmené, frappé, agressé, violenter. On a voulu me briser.
Aucune journée n'a été simple et j'ose dire que j'ai beaucoup souffert. Oui, par ma faute, de nombreuses personnes ont perdu la vie. Oui, j'ai provoqué des milliards de dollars de dégâts aux infrastructures. Oui, ma douleur ne peut être comparée à tout cela.
Mais j'ai grandi. J'ai évolué. J'ai commis des erreurs, j'en ai assumé les responsabilité, et c'est aujourd'hui un nouveau Lex Luthor qui vous fait face. En cette période de crise financière, les assurances se renvoient la balle et je ne peux accepter cela. Le nouveau Luthor ne peut accepter cela ! Sachez donc que je vais rembourser tous les dommages que mes actes ont provoqué il y a trois ans.

Cet enchaînement d'annonces surprit tout le monde et même ceux qui brandissaient des pancartes "Luthor meurtrier" avaient abaissé leurs cartons. Il poursuivit.

- Vous savez comme moi que Superman a bien fait. Comme un enfant colérique, j'ai été mis au coin. Mais je reviens bonifié. Encore une fois, je le répète, j'ai fait le mal et vous m'en voulez. Le monde entier m'en veut. Superman... m'en veut. Pourtant moi je le remercie. Oui, j'ai tenté de le tuer à de nombreuses reprises mais j'ai réfléchi, j'ai... évolué.
Superman, dit-il en observant les caméras, je te pardonne, et je te demande pardon en retour.
Soyons amis. Merci.

Quelque part dans le public, Clark était grave et cerné.
Du côté opposé, dans l'espace réservé aux journalistes, Loïs notait.
Ils ne s'étaient pas reparlés depuis deux jours.
Luthor récupérait les officiels, et bientôt la foule.
Tout était au plus mal.

_________________

Un poète est un monde enfermé dans un homme.
Sommaire de MYRIEN
***
VOTER POUR LE FORUM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lecasquedorion.blogspot.fr/
Myrien
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1695
Age : 30
Localisation : Sur une route

MessageSujet: Re: Double sang [Fanfiction du film Superman Returns]   Sam 18 Aoû - 16:45

***
Le petit enfant regarde la multitude de colonnes grises qui l’entourent. Son visage suit l’angle de son regard qui poursuite un pilier. Il monte, monte, monte toujours plus haut, jusqu’à ce que le petit regarde le ciel. Là, tout en haut, se trouve un homme.

- Alors c’est ça ta maison, papa ?

Clark n’hésita qu’un instant.

- Ne m’appelle pas comme ça, Jason. Je ne mérite pas ce titre. Ton père c’est Richard, c’est lui qui t’as élevé.

Depuis que Loïs savait, tout avait changé dans sa vie et il devenait de plus en plus difficile de gérer ses multiples identités. Avec sa partenaire, Clark et Superman se mélangeaient. Richard White savait désormais que Clark et Superman était le véritable père de Jason et il avait décidé de continuer à l’élever comme son père légitime, ne changeant rien dans son comportement vis-à-vis du petit, et il avait raison. Jason White, qui bénéficié d’une double origine, considérait toujours Richard comme son père, mais donnait à Superman le rôle de guide, avec un calme et une maturité rare à cet âge.
Parfois, comme aujourd’hui, il lui arrivait de l’appeler papa, ce qui était une grande source de bonheur autant que de souffrance. Jason l’observait toujours, attendant la suite de sa réponse.

- Oui, ceci est ma maison, ou plutôt était. Habillé de son costume rouge et bleu, Clark descendit dans les airs jusqu’à flotter au niveau de son fils : viens avec moi et regarde ton héritage, ou du moins ce qu’il en reste.

Ensemble, ils pénétrèrent plus profondément dans la forteresse de solitude, laissées sans vie depuis que Lex en eut volé tous les cristaux. Ces cristaux avaient été jetés sur le sol de la Nouvelle Krypton il y a trois ans, ce qui expliquait qu’aujourd’hui encore, le satellite grandissait. Peut-être engloutirait-il la Terre un jour… Mais ça, Superman n’y pourrait rien.

Ensemble, ils passèrent le pont central, remontèrent les escaliers qui menaient à l’autel de commandement. Là, Kal-El avait maintes fois pu converser avec son père biologique, Jor-El. Aujourd’hui, il repensa à l’une de ses maximes : « Le père devient le fils, et le fils le père. »

- Ici, Jason, j’ai appris l’existence de multiples univers, j’ai parlé avec mon père, qui m’a enseigné la maîtrise de soi, le contrôle constant de la vanité inhérente à la détention d’une telle force… Tu ne pourras jamais bénéficier de cela, car la forteresse n’est plus qu’un mausolée. Mais je t’apprendrais ce que tu dois savoir, au moins concernant la Terre.

Le petit homme hocha la tête, impressionné par ce qui l’entourait. C’était un amas de piliers de cristal, gigantesques, parfois fins, parfois larges comme des troncs d’arbres. Parfois se dressant seuls vers le plafond, parfois à plusieurs. Il n’y avait pas de règle de construction apparente, pourtant il se dégageait une réelle harmonie de ces lieux.

Sans énergie, les cristaux ne brillaient plus de l’intérieur et le seul éclairage provenait de l’extérieur. Ce qui aurait dû être d’un blanc immaculé était aujourd’hui d’un gris sale et mort. Son « héritage ».

Dans les yeux de Superman, l’être le plus puissant de la planète, une détermination triste brillait, teintant de regret les yeux bleus et humides. Jason vit cela, et il aurait aimé prendre la main de celui qu’il savait être son vrai père. Clark aurait voulu faire de même et prendre dans ses bras le petit être qu’il savait être son fils. Mais la vie apportait parfois bien des entraves aux dictats du cœur.

Finalement, l’homme d’acier, se rappelant à son rôle premier, posa une main à l’emplacement des cristaux manquant.

- Voilà ce que tu dois savoir…


***


Nouvelle Krypton

- Alors Métallo, comment on se porte aujourd’hui ?

- Je ne m’appelle pas « Métallo » ! Je suis John. John Corben, répondit l’homme assis face à une grande baie vitrée donnant sur la Terre.

Lex Luthor, un bracelet électronique inutile autour du poignet, s’installa à côté de son homme de main. Dépassant le mètre quatre-vingt-quinze pour cent soixante-six kilogrammes, il surpassait Superman de deux centimètres, et de 63 kilo. Vu de l’extérieur, il était tout à fait normal. Mais ce n’était qu’un cadavre sauvé in extremis, dont la fine couche de peau naturelle cachait un revêtement de plomb ainsi que de nombreux systèmes bio-électroniques valant plusieurs milliards de dollars.

- John, John… Nous savons tous les deux que tu n’es plus celui que tu as été un jour, n’est-ce pas ? Un jour John a vécu, et un jour il a disparu. Un jour Lex est apparu dans sa vie, et ce jour Métallo est né. C’est pourtant clair.

- Je…

- Est-ce que John Corben pourrait tenir tête à l’envahisseur ?

L’homme observa la lente rotation de Nouvelle Krypton autour de la planète bleue… « L’envahisseur… »

- Non, répondit-il enfin.

- Et qui le peut ?

- Métallo.

- Très bien !

- Monsieur Luthor, vous m’aviez dit que j’avais été créé pour détruire le kryptonien. Alors pourquoi ne me renvoyez-vous pas sur Terre ?

Une lueur calculatrice naquit dans l’œil du multimilliardaire le plus riche et le plus puissant de tous les temps.

- Parce qu’il est encore trop tôt, mon ami. Aujourd’hui, le Superman est un héros et si tu t’attaquais à lui, l’humanité te donnerait la chasse. Patience, Métallo. Bientôt… Attendons que l’avis général évolue…

Oui, Nouvelle Krypton grandit chaque jour, et bientôt, elle serait son ultime atout, sa nouvelle reine dans la partie d’échec… Bientôt.


***


Six mois plus tard.

- Monsieur Clark, vous devriez rentrez chez vous, vous ne croyez pas ?

- Non, non, ça va bien Jimmy. Je vais bien.

- Mais vous suez à grosses gouttes et on est en hiver.

Clark expira plusieurs fois avant de répondre.

- Peut-être une petite fièvre. Je vais aller prendre l’air sur le toit.


Là-haut, il fut rejoint par Loïs, puis par Richard.

- Que se passe-t-il ? demanda le rédacteur adjoint.

- Clark ne se sent pas bien, fit Loïs.

- Non, tout va bien, c’est juste passager.

Richard leva la tête vers l’énorme sphère qui traversait le ciel. Aussi grosse que la lune, elle était visible de Métropolis environ douze heures par jour. Douze heures durant lesquelles Superman était victime de maux de tête allant aux nausées et fièvres, selon que la Nouvelle Krypton se trouve au loin ou au-dessus de leurs têtes.

Il reporta son regard vers Clark. Les yeux fatigués, de légers cernes, une fine ride de contrariété sur le bas de son front… L’homme d’acier semblait prêt à plier. Seulement, il ne le pouvait pas.

- Il y a… des gens qui ont besoin de mon aide.

- « Tu » a besoin d’aide, lança Loïs, soutenu du regard par son fiancé.

- Superman n’est pas invincible, appuya-t-il.

Clark ne réagit pas à la remarque, pourtant fort juste.

- Je dois y aller, dit-il simplement.

Et il disparut, ses vêtements proprement pliés à leurs pieds, prêts à être renfilés dès que le superhéros aurait sauvé des vies.

Quand Richard et Loïs arrivèrent dans les locaux du Daily Planet, l’agitation était partout. Pas cette agitation habituelle, coutumière en ces lieux, non. Une agitation trop fébrile. Qulque chose ne se déroulait pas normalement.

- Que se passe-t-il ? demanda la reporter à Jimmy Olsen, qui passait par là.

- C’est Superman, il…

Mais déjà le couple avait repris sa route vers les écrans d’informations qui diffusaient en boucle.
Superman était là, sur tous les écrans…


A SUIVRE...

_________________

Un poète est un monde enfermé dans un homme.
Sommaire de MYRIEN
***
VOTER POUR LE FORUM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lecasquedorion.blogspot.fr/
Françoise_Moisie

avatar

Féminin
Nombre de messages : 829
Age : 49

MessageSujet: Re: Double sang [Fanfiction du film Superman Returns]   Sam 18 Aoû - 19:44

J'ai beaucoup aimé ce dernier chapitre.

Le fait que Superman a toujours été à la recherche de son sol "natal" et que, d'une certaine manière, il se retrouve avec une "Krypton" juste au dessus de sa tête, mais qu'elle le prive de ses dons, ça me plait. Ajouter à ça une forteresse de solitude "vide". Sans aucun moyen de communication avec Jor-El ... Un fils à "élever". Ce triangle amoureux entre Clark, Loïs et Richard ... J'aime ça !

J'ai hâte de lire la suite ! Et hâte de voir la confontation entre Superman et Metallo !!

C'est Impec !! LA SUITE VITE !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myrien
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1695
Age : 30
Localisation : Sur une route

MessageSujet: Re: Double sang [Fanfiction du film Superman Returns]   Sam 18 Aoû - 20:25

Oh bah merci tata !

Pour Métallo, je ne sais pas encore s'il fera quelque chose. J'ai simplement trouvé ça chouette de le voir dans la fanfic ...
=D

_________________

Un poète est un monde enfermé dans un homme.
Sommaire de MYRIEN
***
VOTER POUR LE FORUM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lecasquedorion.blogspot.fr/
Enora
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1018
Age : 31
Localisation : Là où mes rêves me conduisent...

MessageSujet: Re: Double sang [Fanfiction du film Superman Returns]   Dim 19 Aoû - 14:02

Hé bien ! voilà un texte super passionnant à lire Very Happy En plus t'as amené Batman I love you

De bonnes surprises, du mystère et franchement ça cartonne Very Happy

Il y a une faute d'orthographe qui m'a fait rigoler :

Filament, tou ce qui sortit de sa bouche

Ce n'est pas la seule (enfin les seules vu qu'il y en a deux à cet endroit) mais je n'ai pas eu envie de les chercher plus que ça car j'étais prise dans la lecture !

J'veux lire la suiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiite !!!!

_________________
"Là où il n'y a plus d'espoir, il y a l'imagination."

Pour retrouver mes textes, c'est par ici !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myrien
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1695
Age : 30
Localisation : Sur une route

MessageSujet: Re: Double sang [Fanfiction du film Superman Returns]   Dim 19 Aoû - 14:10

Merci beaucoup Enora =)
Je continuerai ce soir normalement. Et je ferai une correction, un de ces quatre... Mais j'écris sur le pc d'un autre et son clavier m'insupporte XD

_________________

Un poète est un monde enfermé dans un homme.
Sommaire de MYRIEN
***
VOTER POUR LE FORUM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lecasquedorion.blogspot.fr/
Myrien
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1695
Age : 30
Localisation : Sur une route

MessageSujet: Re: Double sang [Fanfiction du film Superman Returns]   Lun 20 Aoû - 3:25

***
Trois quarts d’heure s’étaient écoulés. Clark retrouva enfin son siège de reporter, plus mal en point que jamais. Sa respiration était irrégulière et, presque allongé plutôt qu’assis, il transpirait abondamment et semblait avoir des difficultés à respirer.

- Ben ça c’était un footing, monsieur Clark ! S’écria Olsen d’une manière faussement enjouée dont le regard trahissait l’inquiétude.

Loïs se félicita d’avoir pris les devants en informant Jimmy, toujours au qui-vive, que Clark était allé du toit jusque dans la rue par l’ascenseur.

Richard, cependant, fut moins laxiste et osa regarder Clark tel qu’il était réellement en ce moment : blessé. Pour Loïs, qui adulait l’homme d’acier, ce ne pouvait être qu’une faiblesse passagère.
Dès que le photographe se fut éloigné, il arriva et porta une main sur son torse afin de sentir son rythme cardiaque.

- Tu es comment ? demanda-t-il.

Clark se contenta d’acquiescer, la mine souffrante.

- Je sais que ça va te faire tout drôle, mais je t’emmène voir un docteur.

Malgré tout ce qu’il était, Clark ne put trouver la force de refuser. Loïs, qui comprenait enfin, présentait à présent une mine défaite.


***

- Et bien, monsieur Kent, fit le médecin en se redressant, on croirait que vous avez essuyé des rafales !

- Vous ne croyez pas si bien dire, répondit-il en reboutonnant sa chemise devant le médecin généraliste, masquant enfin son torse et ses flancs constellés de bleus violacés épais.

Le médecin tiqua en levant un sourcil.

- Vraiment ?

- Oui, intervint Richard. On était parti faire du airsoft avec des fusils mitrailleurs. Notre ami a si bien résisté qu’il a fini seul contre quatre et je crois que certains ont tiré à bout portant.

Certainement habitué aux petits mensonges, le professionnel ne tiqua pas, sans faire de remarque.
Aucun airsoft gun ne pouvait briser des côtes… ça se saurait depuis le temps !


***

Journal télévisé du soir.

Aujourd’hui encore l’on dénombre trois tentatives de vol à grande envergure sur Métropolis. Armés de mitraillettes ou de fusils à pompes, les bandits ont menacé ou fait feu sur des clients séquestrés. A chacune de ces tentatives, Superman s’est interposé, rendant un fier service aux unités de police et à la population.

Le silence d’une petite seconde qui précède toujours le lancement des reportages était marqué par l’air anxieux du présentateur. Tous, à Métropolis et dans le monde, avaient conscience aujourd’hui que la présence de Nouvelle Krypton dans le ciel était le signe d’un affaiblissement du superhéros.

Quand la vidéo débuta, les premières images montrèrent un Superman luisant de sueur endurer les balles et les renvoyer tout en s’avançant vers les armes. Nulle impatience dans sa démarche ni dans ses traits, mais un détail de plus qui frappait tous ceux qui avaient un écran HD, c’est-à-dire presque tout le monde : les balles creusaient une onde sur la peau d’acier avant de ricocher. Ce petit rien, tous le voyait, car il n’avait jamais été là, comme si on plaçait un grain de beauté sur le visage de votre aimé.

Voilà la raison de la recrudescence de la criminalité : quand Krypton se montre, l’homme d’acier se rapproche de l’homme de chair.

Dans son appartement, Clark éteignit la télévision. Dans leur maison au bord de l’Océan Atlantique, Richard et Loïs n’osaient commenter les images. Jason ne s’en priva pas, et avec son ton propre empreint de calme, il releva la tête vers son père.

- Est-ce qu’il va mourir la prochaine fois ?

Richard se contenta de lui sourire.
Qu’il puisse être blessé, l’imaginer seulement il y a quelques années, c’était de la science-fiction…


***

Un doigt pressa l’interrupteur. Un sourire flottait sur des lèvres. Un regard calculateur fixait toujours l’écran de télévision affichant les informations du soir.

- Léa, lancez les préparatifs pour affréter une navette à destination de Métropolis airport. Il faudrait qu’elle parte… disons après-demain. Un seul passager.

L’interphone grésilla.
- Bien monsieur Luthor. Je lance tout de suite les procédures, monsieur Luthor.

- J’adore cette personne, confia Lex en croisant les doigts comme une forteresse de solitude de chair.

Corben sourit à son tour. Cela n’échappa pas au milliardaire.

- Oui, Métallo. C’est maintenant ton tour d’agir.

Le dénommé sourit.
Enfin, l’humanité était prête à le recevoir, lui, le véritable sauveur…

Lex était satisfait. Jusqu’à aujourd’hui, le plan fonctionnait à merveille. Nouvelle Krypton avait grandi suffisamment pour devenir une réelle menace. D’ici quelques jours, l’homme d’acier ne pourrait plus suivre la cadence. Car elle allait s’accélérer, il en prendrait grand soin…


A SUIVRE...

_________________

Un poète est un monde enfermé dans un homme.
Sommaire de MYRIEN
***
VOTER POUR LE FORUM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lecasquedorion.blogspot.fr/
Myrien
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1695
Age : 30
Localisation : Sur une route

MessageSujet: Re: Double sang [Fanfiction du film Superman Returns]   Lun 20 Aoû - 20:14

***
Deux jours plus tard.

Dans la rue où se massaient les badauds, Superman poussait gentiment un preneur d’otage, comme on ramènerait un enfant qui s’était mal conduit à ses parents. La police cueillit ce bonhomme, qui un instant plus tôt était encore armé d’un sniper.

Les caméras étaient déjà sur place et ne rataient rien de la scène. Comme presque toujours, et ces temps-ci plus que jamais, l’homme d’acier faisait la une de tous les supports d’information.

- Tu vas pas t’en sortir éternellement Superman ! lança le tueur à gage. Un de ces quatre tu vas flancher ! Mon seul regret c’est que ce soit pas moi qui aurait le privilège d’appuyer sur la détente, tu entends ? Un jour tu vas flancher !

Habitués à voir toute résistance se volatiliser dans ces circonstances, aucun ne réagit lorsque l’homme dégaina une lame de trente centimètre et frappa de toute sa force le torse du sauveur de Métropolis.

L’angle était parfait, la puissance et la technique mises dans ce coup plongerait la lame entièrement dans les chairs. La foule s’exclama en un même sursaut de peur. Le métal se plia légèrement avant de se briser nette. L’agresseur afficha une mine déçue avant d’être jeté à terre sans aucun ménagement et menotté comme il se doit.

Superman s’était déjà envolé.

Se repositionnant face à la caméra, le reporter fixa intensément l’objectif, adoptant un ton professionnel.

- Fidèle à lui-même, c’est néanmoins un Superman en mauvaise posture que nous avons retrouvé aujourd’hui et filmé pour vous ! Comme vous le voyez, la foule s’est écriée à l’instant où Douglas Bentford, tueur à gage et ancien membre des forces spéciales américaines, a tenté de le poignarder. Une réaction qui n’aurait pas eu lieu d’être il y a encore quelques mois. La tension ici est palpable, tous se sentent soulagés et néanmoins inquiets, sujets à cette même crainte : jusqu’à quand Superman va-t-il supporter les balles ? C’était Tony Timon pour…

Richard détourna les yeux de l’écran d’information du Daily Planet, dégoûté.

- Ça me rend honteux d’être journaliste. Ils sont implacables.

- Non, contra Loïs les yeux toujours rivés sur le poste de télévision, observant la foule. Ce n’est pas que les journalistes, c’est le monde qui est implacable. Et impitoyable aussi.

- Superman n’est ni l’un ni l’autre.

- Mais Superman ne fait pas partie du monde, rétorqua-t-elle, les yeux dans le vague.

La remarque souffla Richard. Venant de Loïs, c’était suffisamment gros pour qu’il réagisse, mais il la connaissait et comprenait le sens de cette réponse. Oui, Superman ne faisait pas partie de ce monde. Et c’était justement pour cela que cet amas de roche extraterrestre était sans effet sur eux, humains, et non sur lui…

Ils ne dirent rien de plus - tout était dit - et retournèrent à leurs ordinateurs, espérant chacun que l’homme d’acier n’était pas brisé.


***

Flottant au-dessus des nuages, baigné par la lumière solaire, Clark récupérait. Il avait eu peur. La balle de fusil d’assaut lui avait coupé le souffle. Et le coup de couteau, sans être dangereux, il l’avait senti. Combien de temps encore avant qu’il ne soit davantage blessé ?

- Père, fit-il en s’adressant au ciel, tu me manques. J’ai… J’ai besoin de toi, de tes conseils. Qu’est-ce que je peux faire contre ça ? Ma propre planète me détruit.

En silence, il attendait comme si une voix lui répondrait. Mais rien ne vint, bien sûr.
Au fond de lui, il était blessé profondément. Il se souvenait de sa conversation avec Jor-el, le soir de sa première apparition en tant que Superman. Son père l’avait mis en garde contre la vanité. Elle était présente, il ne pourrait jamais la chasser, mais il devait la contrôler, toujours. Et c’est-ce qu’il avait toujours fait, pourtant, même ainsi, elle faisait pleinement partie de lui. Il l’avait accepté.
Aujourd’hui, sa vanité lui procurait un goût amer…


***

Sur Nouvelle Krypton.

- Combien de temps avant d’arriver ? Demanda Corben.

- Trois jours environ. Il y a un taxi qui t’attendra sur le parking. Il saura où t’amener et tu n’auras pas à le payer. Pour tout tes frais, utilises cette carte. Pour Superman… attends que je te dise où et quand. J’insiste, Métallo, j’insiste. Il ne faudrait pas que tu gâches ta chance parce que tu t’es surestimé ou que le public n’est pas prêt.

Disant cela, il avança la tête et posa son front contre celui de Corben. Tête contre tête, yeux dans les yeux, il ne faisait aucun doute sur l’identité du plus meurtrier des deux. Pourtant, chacun savait qui détenait le pouvoir et la force véritable.

- Vu ? précisa Lex.

- Oui, patron.

- Alors vas, et regardes tes mails. Ça peut aller vite.


***

- Superman ? demanda Jason.

Clark fit signe de la tête, lui intimant de poursuivre. Perchés tous deux sur le faîte d’une dune perdue dans un désert aride tout aussi perdu, ils observaient le sable et les jeux du vent sur celui-ci. Très formateur selon le père.

- Qu’est-ce que c’est un héros ?

- C’est un individu qui met sa vie en danger au service d’une cause qui n’engendre pas la haine, et qui ne demande rien en retour.

L’enfant garda le silence un long moment. C’était souvent ainsi, dans les déserts de sables ou les taïga sibériennes. Comme si chaque mot était porteur d’un véritable enseignement et se retrouverait gravé à jamais.

- C’était plus facile pour toi d’être un héros, avant.

Son enfant aurait tenté de lui porter un coup de massue que l’effet n’aurait pas été aussi fort.

- Oui. C’était plus facile.

A nouveau, un long silence.

- Est-ce que tu vas finir humain comme nous ?

« Comme nous »…

- Je ne sais pas, répondit-il finalement. Peut-être bien, mais je ne pense pas. Les pouvoirs que développent les kryptonien grâce au soleil jaune s’accroît d’année en année. Un jour, Nouvelle Krypton finira de grandir tandis que le soleil brillera toujours sur moi… et sur toi aussi.

- Sur moi aussi, c’est vrai.


A SUIVRE...

_________________

Un poète est un monde enfermé dans un homme.
Sommaire de MYRIEN
***
VOTER POUR LE FORUM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lecasquedorion.blogspot.fr/
Enora
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1018
Age : 31
Localisation : Là où mes rêves me conduisent...

MessageSujet: Re: Double sang [Fanfiction du film Superman Returns]   Lun 20 Aoû - 21:47

Je lis... je lis ! Rien à dire Smile Continue Wink

_________________
"Là où il n'y a plus d'espoir, il y a l'imagination."

Pour retrouver mes textes, c'est par ici !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myrien
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1695
Age : 30
Localisation : Sur une route

MessageSujet: Re: Double sang [Fanfiction du film Superman Returns]   Jeu 23 Aoû - 14:27

***
La fréquence des apparitions de l’homme d’acier n’avaient pas diminué. Cependant on pouvait s’accorder sur un point : elles étaient plus courtes.

Auparavant, Superman prenait le temps d’instaurer un climat au sein duquel les malfrats pouvaient juger de sa toute puissance. A présent, il apparaissait, proposait la reddition, puis agissait au plus vite.

Loïs et Richard connaissaient la raison de cet empressement : si une balle équivalait à un hématome hier, qu’est-ce que cela lui causerait aujourd’hui, ou bien encore dans deux mois ? Superman l’invincible n’existait plus. Pourtant, chaque fois qu’un groupe d’individus était menacé, l arrivait.
Comme Superman l’a toujours fait.


Atterrissage de Métallo : J - 3

Deux braquages le matin, un attentat à la bombe, une voiture sans freins et un train avec le conducteur endormi par chloroforme l‘après-midi. Pendant la nuit, un avion a été détourné.

La recrudescence était impressionnante avec une activité de haute criminalité 400% supérieure à la moyenne.


Atterrissage de Métallo : J - 2

Clark avait beaucoup enduré la veille. Les actes criminels demandant le plus d’efforts arrivaient lorsque Nouvelle Krypton était dans le ciel. Le reste du temps, il y avait une multitude de petits crimes, toujours armés, ce qui lui demandait d’agir et de se reposer peu.

Depuis son arrivée à Métropolis il y a neuf ans, jamais il n’avait du affronter aussi souvent les criminels.

Cette journée là, plusieurs bombes lui explosèrent à la figure, quatre personnes vidèrent leur chargeur sur lui, et, comme la journée de la veille, un avion fut détourné, un conducteur de train endormi, et plusieurs voitures avaient les freins sectionnés. Ces quelques heures s’étaient révélées particulièrement éprouvantes et il commençait à se croire véritablement chassé. C’était comme si les malfrats du continent c’étaient donnés rendez-vous pour… profiter de sa faiblesse.

Durant un de ses courts battements entre deux interventions, il se remémora cet homme qui avait essayé de le poignarder. « Mon seul regret est de ne pas t’avoir planter moi-même ». C’était ça. Les humains, comme lui, étaient bien conscients de l’effet de Krypton et ils cherchaient à le détruire. Pourtant jamais il n’avait tué. Il respectait l’homme. Méritait-il cela ?…

Ce soir là, après avoir réduit en miettes deux armes à feu devant les yeux ébahis de leur propriétaires, une pulsion inattendue l’envahit et son poing s’écrasa sans ménagement entre les deux hommes, brisant un mur et celui de derrière encore.


Atterrissage de Métallo : J - 1

- Je ne l’ai pas fait exprès, se défendit Clark, assis sur sa chaise de bureau.

Loïs debout devant lui les poings sur les hanches, lui faisait la morale.

- Pas fais exprès ? Tu as failli les frapper, Clark ! Tu te rends compte de ce que ça signifie ?

Oui, il savait. Mais il se refusait toujours à avouer que l’idée l’avait fortement chatouillé les phalanges. Il était seul, affaibli, et on voulait sa mort, tous les jours, avec à chaque fois plus de vigueur !

Dans les locaux du Daily Planet, personne ne pouvait exactement deviner de quoi ils étaient en train de parler. Tous se disaient que le reporter un peu timide qu’était Kent ne pourrait jamais frapper quelque un même pas écraser une mouche ! Alors, pour tous, ces mots de la part de Loïs avaient un quelque chose de surprenant. Mais personne ne se serait donné le droit d’intervenir. Quand Loïs s’exprimait ainsi, on filait droit, en rentrant la tête.

Plus tard dans la journée, Clark fut contacté directement au téléphone par plusieurs personnes voulant sa venue au plus vite. Chacun avait un scoop sur des précédents articles à lui et ne souhaitait en parler qu’à son auteur. Perry lui avait crié d’y courir. Il devait courir un peu partout et jongler avec les criminels qui se trouvaient à chaque fois plus éloignés les uns des autres. L’idée qu’on souhaitait sciemment le pousser à bout grandissait d’heure en heure.

Et toujours des phrases qui se voulaient blessantes de la part de cette humanité qu’il essayait de sauver tous les jours. Toujours des gros calibres qui se vidaient sur lui, souvent en totalité car il devait s’interposer entre les projectiles et des innocents. Il y avait toujours des innocents qui étaient utilisés pour le gêner, lui. Il en venait à maudire certains hommes. Et cette fichue Krypton qui le narguait depuis le ciel.


***

Superman était peut-être un extraterrestre. C’était peut-être un surhomme. Il avait peut-être été éduqué dans le respect des êtres vivants et de sa planète d’accueil. Mais il restait un être pensant, capable de sentiments… et faillible.

Cette brèche infime grandissait de jour en jour depuis plusieurs années, en même temps que l’expansion de Nouvelle Krypton. Aujourd’hui, elle grimpait d’heure en heure. En cela, Superman était bel et bien « humain », avec une psychologie analysable et en grande partie prévisible. En cela, donc, Lex Luthor avait bien organisé son action de sape. Les barrières mentales cédaient l’une après l’autre, et bientôt arriverait… le clou final de la première partie de son spectacle.


***

Atterrissage de Métallo : Jour J

L’homme en combinaison d’unité spéciale tendit le bras et vida son chargeur de balles perforantes.

- Eh, boy-scout ! Prends-toi ça dans ta face d’ange !

Dans le dos de Superman, un second homme se leva du groupe d’otages et sortit une mitraillette qu’il déchargea sans prévenir. Pris entre deux feux, Clark partit sur le côté et se dirigea vers l’homme au pistolet afin que ses balles n’atteignent pas les innocents. Le canon de l’arme plia sous la pression de ses doigts. De l’autre main, il souleva l’homme et l’accrocha par le gilet de kevlar à un crochet portemanteau fixé au mur. Il était comme dans un rêve.

Un sourire sur les lèvres, un sursaut de vanité dans le cœur, il se sentait comme il y a six mois. Presque « bien ». Sauf qu’il avait mal et transpirait. Et puis quelque chose lui fit écarquiller les yeux. La surprise qu’il ressentait à la vue du demi-sourire de l’homme épinglé était gênante. L’homme respirait vite. Superman baissa son regard. Le kevlar l’avait en grande partie protégé, mais pas assez. Des balles de mitraillette l’avait blessé gravement aux bras et aux jambes. Déjà l’homme suffoquait, gémit de douleur. Son acolyte à l’arrière n’en croyait pas ses yeux tandis que la petite foule observait ce qui venait d’avoir lieu : Superman avait laissé un homme se faire fusiller devant lui.

Dès qu’il comprit la situation, il détourna la tête et utilisa ses rayons laser sur la mitraillette. L’arme d’assaut rougit quasi instantanément et son porteur hurla de douleur en la lâchant. Ses mains étaient bien atteintes et une odeur immonde de chair brûlée envahit la salle. Tous étaient choqués par la scène qui avait lieu sous leurs yeux.

Superman n’avait jamais fait cela.
Il était partout, protégeait tout le monde. Sans jamais faire de distinction, il sauvait les méchants comme les gentils… Sauf cette fois-ci. Lui-même se sentait désemparé et ne savait plus quoi faire. Le pire était la question qui trottait dans sa tête lorsqu’il observa les blessure de l’épinglé : et s’il le laissait à son triste sort ?

D’ordinaire, Superman agissait.
Toujours.
Mais le temps d’arrêt qu’il marqua, ces quelques secondes de réflexion devant un choix qui devait pourtant aller de soi, ce temps-là était unique dans l’histoire du superhéros et montrait aux yeux de tous qu’il n’était plus le même.

Immédiatement, un sentiment de honte envahit l’homme d’acier et dans la seconde qui suivit, le blessé traversa les murs, porté par Superman, et fut déposé aux urgences du Métropolis Hospital.

Revenu en quelques secondes dans l’école qui avait servie de base aux deux terroristes, il constata que le second homme souriait sournoisement, manifestement fier de son coup, et transpirait. Immobile, il se tenait à genoux et les mains sur la tête pour signifier sa non résistance. Toujours derrière lui, la petite foule massées contre le mur attendait, et regardait avec des yeux effrayés ou pleins de jugement le surhomme venu les délivrer.

- Alors, face d’ange, t’as baissé le masque ?

Superman se tint droit, ignora la remarque et s’adressa au groupe.

- Y a-t-il d’autres blessés ?

Mais personne ne répondit. Sauf le terroriste :

- Hé ! Je saigne. Tu as voulu qu’on s’entretue, avoue !


***

Journal du soir

- « Mais que fait donc Superman ? », voici le titre de notre reportage principal de ce soir.
Aujourd’hui, dans une salle de classe de l’école privée Sainte-Marie, Superman, pris entre deux tirs, aurait volontairement usé de sa super vitesse afin de laisser deux malfrats s’entretuer. L’un des deux hommes est actuellement dans un état critique et les médecins ne peuvent toujours pas se prononcer sur ses chances de survie.
Une caméra amateur à filmé la scène…


***

Dans l’espace, un comploteur milliardaire rabaissa l’écran de son ordinateur.
Croisant les doigts devant son menton, son sourire à demi masqué contrastait avec son regard froid.
L’homme pressa un interrupteur.

- Mettez-moi en communication avec John Corben, s’il-vous-plait.

- Bien, monsieur.

Lorsque Métallo répondit, Lex était aux anges.

- Alors… « John », qu’est-ce que ça fait de retomber sur Terre ?

- Dur à dire, fit le robot à forme humaine. Je ne sens plus les odeur, j’ai l’impression d’être étranger à cette terre.

- Han-han… As-tu visionné les informations de ce soir ? (il ne lui laissa pas le temps de répondre : ) Je t’ai envoyé le fichier vidéo. Observe donc le héros de l’humanité, qui montre enfin son vrai visage.

- Il a tué ? demanda Corben avec une pointe de joie dans la voix.

- Pas encore, mais il a laissé mourir. Et ça, c’est déjà beaucoup en neuf ans…

- Si vous parlez de l’homme blessé par balle, il va s’en sortir, j viens de l’entendre à la radio.

- Oh non Métallo, il ne va pas s’en sortir. Ce genre de blessure, ça ne pardonne pas.

Bien sûr que oui, Lex n’allait pas perdre une si belle occasion de faire de Superman un meurtrier. Le terroriste ne survivrait pas à ses blessures. Ca, il en ferait son affaire.

- Et moi, insista Corben, je fais quoi ?

- Tu attends encore un petit peu. Profite de la vie sur terre, fais des promenades… Surtout, attends.

- C’est pour ça que vous m’avez contacté ?

- Pour quoi d’autre ? Laisse encore Superman s’occuper du menu fretin. Tu arriveras après.

Et il coupant l’appel, pressa sur l’interrupteur.

- Léa, contactez mon équipe de communication, je veux que Superman bénéficie d’un couverture médiatique de chaque instant. Que les meilleurs moments soient envoyés aux médias. Et demandez leur d’employer plus d’homme. Il faut augmenter la cadence dans les prochains jours. Je veux qu’il fatigue, qu’il fasse des erreurs. Là, ce n’était pas assez !

- Oui, monsieur Luthor.


A SUIVRE...

_________________

Un poète est un monde enfermé dans un homme.
Sommaire de MYRIEN
***
VOTER POUR LE FORUM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lecasquedorion.blogspot.fr/
Enora
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1018
Age : 31
Localisation : Là où mes rêves me conduisent...

MessageSujet: Re: Double sang [Fanfiction du film Superman Returns]   Jeu 23 Aoû - 21:24

Oh mon dieu...

Ça fout la pression tout ça...

J'attends la suite =D

_________________
"Là où il n'y a plus d'espoir, il y a l'imagination."

Pour retrouver mes textes, c'est par ici !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myrien
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1695
Age : 30
Localisation : Sur une route

MessageSujet: Re: Double sang [Fanfiction du film Superman Returns]   Lun 27 Aoû - 4:36

***

Merci Enora, c'est chouette d'avoir un petit mot à chaque fois Wink

***


Les jours qui suivirent furent terribles pour Clark Kent. Entre son travail de reporter au Daily Planet, la présence de Nouvelle Krypton, les apparitions de Superman et l’éducation de Jason, qu’il ne souhaitait pas mettre de côté, il était épuisé.

Jamais Métropolis n’avait enregistré un si haut taux de criminalité et jamais ses criminels n’avaient été aussi joyeux. Il y a quelques jours, Timon Hendrick était mort suite à ses blessures par balles, à l’hôpital. Depuis, au lieu de se dire que Superman pouvait être dangereux, tous les malfrats voulaient sa peau. Le grand public n’était pas de cet avis et s’il était bien heureux d’être secouru, il existait à présent une appréhension presque palpable : Superman pouvait tuer. Car aux yeux de tous, indirectement, il l’avait fait, il avait provoqué des blessures mortelles, il avait laissé faire pour réaliser ce que tout humain pensait : réduire le nombre de criminels.

Mais Superman ne voulait pas cela. Il n’était pas ce que les humains pensaient de lui. Ils croyaient tous qu’il raisonnait comme un humain, mais Superman le kryptonien voyait bien plus loin. Pour lui, l’humanité était tel un enfant inconscient de son pouvoir. Un homme qui faisait le mal n’était pas mauvais, il était juste inconscient de certaines vérités. L’amour, l’empathie, le respect, la recherche du bien-être et du bien-être commun, de la race humaine mais aussi de sa planète toute entière, voilà ce qui, pour Superman, constituait la seule voie porteuse pour l’avenir de l’humanité.

Mais celle-ci était encore jeune et vaniteuse, comme son peuple l’avait été avant de disparaître.
Lui aussi était vaniteux à sa manière. Il était un surhomme affaibli et dépassé par les évènements. Pourtant, sa bonne conscience, portée haut par sa vanité, le poussait à continuer, à être partout, à faire toujours plus. Jusqu’à ce qu’il empêche un accident de voitures avec un peu trop de muscles, entraînant plus de blessés qu’il n’aurait dû y en avoir. Jusqu’à ce qu’un voleur finisse par voler non contre un mur mais à travers une fenêtre, sauvé in extremis à quelques mètres du sol. Jusqu’à ce que, dans sa super vitesse et son empressement à rattraper un hélicoptère se crachant à plusieurs dizaines de kilomètres de là, il entre en collision avec un avion rempli de passagers.

Ce jour-là, quatre personnes moururent. Superman avait sauvé les passagers de l’avion qu’il avait lui-même accidenté - occasionnant tout de même de nombreuses blessures durant son sauvetage chaotique - mais oublié l’hélicoptère.
Ce même jour, les familles des victimes et les assurances de la compagnie d’avion portèrent plainte contre le super-héros.
Ce même jour, enfin, Métallo reçut l’appel qu’il attendait depuis si longtemps.
Chez lui, dans un appartement mobilisant tout le dernier niveau d’un gratte-ciel à cinquante-quatre étages, l’homme de main de Lex Luthor se craquait les doigts d’impatience.
- Here, comes, the pain…


***

- Clark, regarde ça !

- Qu’y a-t-il, Loïs ?

La chaîne de Métropolis Direct News présentait un homme demandant à voir Superman. Pour s’aider à diffuser le message, il avait détourné un car scolaire jusque sur le port principal de la ville, surélevé de plusieurs mètres, donnant sur l’océan.

Clark reconnut les lieux, car c’était non loin d’ici que Lex avait créé la Nouvelle Krypton. Mais l’homme lui était inconnu. Sachant les caméras braquées sur lui, l’homme s’adressait à tous avec un mégaphone.

- Habitants de Métropolis, je ne suis pas votre ennemi. Comme vous, j’ai toujours cru que Superman serait notre sauveur. Mais comme vous tous aujourd’hui, je crois à présent que Superman n’est plus apte à régner en maître sur les cieux et dans nos vies à tous.
Aujourd’hui, vous me voyez, là, avec ce bus rempli d’enfants, prêt à les jeter dans l’eau sans montrer une once même de pitié. Mais ceci est faux. Superman, je sais que tu m’entends, alors écoute-moi bien : viens ici, dans les deux minutes, et toutes les personnes assises dans ce bus seront hors de danger. Je ne fais ça que pour te convaincre de montrer le bout de ton nez. Il est temps que tu passes l’arme à gauche !

Loïs reporta son regard vers Clark.

- Alors, qu’en penses...
Mais il avait déjà disparu. Elle reporta son regard vers l’écran. Superman était là, faisant face à l’homme, faisant face aux caméras, au monde.

Posture droite et fière, l’homme d’acier ne se sentait tout de même pas à son aise. Nouvelle Krypton haute dans le ciel et cet homme dégageait un trop plein d’assurance et un empressement sauvage. Comme les fans de corridas lorsque le taureau n’en a plus que pour quelques instants et qu’ils attendent que le sang soit enfin versé après des heures de patience morbide.

D’un signe de tête, le pseudo preneur d’otage fit signe au chauffeur de reculer son véhicule, ce qu’il fit. Le car, lentement, se retira de la proximité de l’eau et retrouva la sécurité du continent. Clark pouvait entendre les journalistes une dizaine de mètres plus loin, questionnant le public sur l’identité de l’inconnu en regardant leur caméra, cherchant à deviner s’il s’agit d’un fou ou d’un altruiste éclairé. Tous en vinrent à poser cette question qui lui fit l’effet d’un étau serré autour du cœur : Superman va-t-il lui faire du mal ? Et une autre suivit immédiatement : L’homme blessera-t-il Superman ? Sur le net, les discours allaient déjà bon trains et la nouvelle se répandait : un homme avait convoqué le gardien de la Terre pour le démettre de ses fonctions. Finalement, avait-il tort de vouloir cela ?

L’homme s’avança d’un pas.

- Je… Je m’appelle Métallo ! (« Espèce d’idiot » hurla Lex depuis l’espace. « Et dis-lui que tu as un cœur en kryptonite aussi pendant que t’y es ! »).

Clark ne prit pas la peine de lui répondre, cela allait de soi. U homme, seul, sans arme, sans otage… Il fit un premier pas en avant, puis un deuxième. Lentement, avec son assurance habituelle, il avança vers ce Métallo, décidé à le laisser frapper une fois et se faire mal au poignet avant de l’envoyer dans un asile.

Quand il arriva face à lui, il…
Le poing de l’homme percuta son torse avec une force inouïe et tous, à travers le monde, virent Superman décrire un vol plané avant de s’écraser cinq mètres plus loin.

Il n’avait absolument rien vu venir. Son torse était très douloureux, ses côtes lui faisaient souffrir le martyr, des étoiles dansaient devant ses yeux. Il était sonné.
Ce n’était arrivé qu’une seule fois, cette sensation…
« Kryptonite… »

Métallo arriva au niveau de celui qu’il rêvait de détrôner. Accroupis au-dessus de lui, il fit mine de lui parler, et le frappa encore au visage.

- Et ouais, mon pote. Et ça fait que commencer !


A SUIVRE...

_________________

Un poète est un monde enfermé dans un homme.
Sommaire de MYRIEN
***
VOTER POUR LE FORUM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lecasquedorion.blogspot.fr/
Enora
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1018
Age : 31
Localisation : Là où mes rêves me conduisent...

MessageSujet: Re: Double sang [Fanfiction du film Superman Returns]   Ven 31 Aoû - 11:07

A quand la suite dit ? J'attends moi Very Happy

_________________
"Là où il n'y a plus d'espoir, il y a l'imagination."

Pour retrouver mes textes, c'est par ici !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myrien
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1695
Age : 30
Localisation : Sur une route

MessageSujet: Re: Double sang [Fanfiction du film Superman Returns]   Sam 1 Sep - 17:13

Merci Enora =)
Je suis content que mon histoire te plaise !

***



La petite famille Lane – White était attablée. Silencieuse.
Jusqu’à ce que la petite voix s’élève.

- Maman, qu’est-ce qui va lui arriver à Superman ?

Loïs ne releva pas les yeux, jusqu’alors fixés dans son assiette. Elle se releva précipitamment et quitta la pièce, avant de s’effondrer devant son fils. Jason la regarda s’en aller, avec ce détachement qui lui était si caractéristique. D’aucun croirait qu’il ne comprenait pas, mais la réalité était tout autre. Pour cet enfant, les comportements humains sont étrangement prévisibles. La peur, la fierté, l’image que l’on donne aux autres, la honte de ses propres faiblesses, l’angoisse… Voilà toutes les émotions qui ont fait que sa mère quitte la table.

L’enfant reporta alors son regard interrogateur sur son père, Richard White.
Les deux hommes s’observèrent. Ils ‘étaient liés par aucun lien de sang. Ce n’était pas son fils, il n’était pas biologiquement son père. Tous deux le savaient désormais. Pourtant, les changements de comportements entre eux n’avaient été qu’infimes. Dans les regards.

Richard voyait qu’à présent, il était comme un éducateur. Ce même regard, l’enfant le portait à Clark.
Qu’elle enfance étrange… Se sentir unique, et double. De ne pas avoir de véritable père qui allie le sang et l’affection… Finalement, Richard se décida à répondre à sa question, en lui parlant comme à un adulte, ce qu’il était déjà dans sa tête, manifestement.
« Ne lui manque que l’expérience de la vie », pensait-il souvent.

- On n’sait pas, Jason. Après son premier affrontement avec Métallo, où il a été tiré d’affaire par la foule venue lui prêter main forte, Superman a cherché à comprendre ce qu’il se tramait. Pour lui, l’apparition de cet adversaire n’était pas un hasard, et pour ta mère et moi non plus.
Il a alors passé plusieurs jours à écouter les conversations de Métropolis, jusqu’à retrouver la voix de celui qui l’avait mis à terre, mettant de côté ses activités de superhéros et de reporter. Finalement, il l’a entendu et reconnu, et un nom en particulier a attiré son attention. Tu sais de qui je parle ?

- Lex Luthor ?

- Oui. Et Superman en a déduis la même chose que nous : Si Lex est en contact avec Métallo, c’est qu’il est le cerveau de ce duo. Et connaissant ce personnage, nous avons tous compris que la recrudescence de criminalité dans Métropolis n’avait qu’une seule explication : ces actes étaient commandités par Lex lui-même.

Richard s’arrêta un instant pour laisser le temps à Jason de digérer toutes ces informations. Mais il n’eut pas le temps de reprendre, son fils prit le relais.

- Alors, enchaina Jason, c’est pour ça que Superman s’est jeté sur Métallo ? Parce qu’il était énervé ?

- « Enervé » est un mot trop faible. Superman s’est envolé, et s’est tenu à l’exact opposé de Nouvelle Krypton durant trois jours. Trois jours durant lesquels personne ne vit Superman et pendant lesquels il a recouvré une grande partie de sa force. Du moins, c’est ce qu’il croyait. Et après tout ce temps passé à baigner dans les rayons du soleil jaune….

- Pourquoi le soleil jaune ?

Richard fit une mine étonné.
- Je croyais qu’il te l’avait déjà dit. Les kryptoniens ne sont pas différents de nous. Leur corps est le même, mais leur atomes ont baigné dans la lumière d’un soleil rouge depuis des millions d’années. Et la couleur différente de notre étoile, le soleil, est ce qui donne ses superpouvoirs à Superman. Et aussi à… toi.

Jason prit quelques secondes d réflexion.
- C’est donc après trois jours de soleil, loin de Krypton, que Superman est retourné affronter Métallo ?

- Oui.

- Alors c’est normal s’il a perdu.

Richard écarquilla les yeux de surprise. Comment cet enfant pouvait-il affirma cela, et avec un tel calme et un tel détachement ! Superman, le sauveur de l’humanité, le défenseur de Métropolis, son propre père biologique, avait été vaincu par son adversaire et était introuvable depuis plusieurs jours, et ce petit garçon réagissait simplement comme ça, « c’est normal s’il a perdu » ?

- Mais… Que… Pourquoi tu dis ça ?

L’enfant métisse porta sur lui un regard calme et profond, un regard qui semblait englober des paramètres qui échappaient à Richard.
- Superman n’est pas habitué à ma présence, c’est compréhensible qu’il ne m’ait pas demandé. Pourtant, s’il l’avait fait, j’aurai pu lui dire que trois jours n’étaient pas suffisants.

- Et pourquoi ça ? Comment peux-tu le savoir ?

- Je suis aussi son fils, dit-il prudemment, sachant ce que ces mots signifiaient pour son autre père Richard. Et quand il pleut, ou quand il fait nuit, il y a un tout petit changement dans mon corps. C’est très léger, mais ça se sent. C’est pour ça que je savais que quand il y a de la lumière, je suis plus content et je me sens mieux. Je sais quand est-ce qu’il faut beaucoup de soleil où un peu, et chez Superman, il lui en fallait vraiment beaucoup. Si j’avais su, je lui aurai dit.

Richard était bouche-bée. C’est à croire que cet enfant surpassait son père.
- Et il y a d’autres choses que tu sais et que Superman ne sait pas ?

L’enfant prit un air coupable et hocha la tête avec une soudaine timidité.

- Montre-moi !

Derrière Jason, Loïs avait tout entendu, et maintenant elle voyait son enfant faire des choses dont Clark était incapable. Cet enfant avait réuni toutes les qualités des kryptoniens et des humains et mis de côté leurs faiblesses. C’était un surhomme… parmi les surhommes.
Finalement elle revint vers lui, posa une main sur son épaule alors qu’il n’aurait pas dû s’y attendre. Comme toujours, il ne montra aucun signe d’étonnement. Mais à présent elle savait pourquoi. Sa conscience même n’était pas celle d’un humain, il était unique.
Avec une lueur d’espoir dans la voix, Loïs s’adressa à son fils, chuchotant presque.

- Tu pourras découvrir où il est ?

La réponse de Jason était claire, son regard empreint de calme parlait pour lui.

- En haut, dit-il simplement. Tout en haut dans le ciel
.


A SUIVRE...

_________________

Un poète est un monde enfermé dans un homme.
Sommaire de MYRIEN
***
VOTER POUR LE FORUM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lecasquedorion.blogspot.fr/
Françoise_Moisie

avatar

Féminin
Nombre de messages : 829
Age : 49

MessageSujet: Re: Double sang [Fanfiction du film Superman Returns]   Lun 3 Sep - 2:00

Haaaa, j'aime beaucoup, j'aime beaucoup !!!

J'ai hâte de savoir ce que Jason va faire ; comment il va aider Superman contre Metallo. Un superman déjà bien affaibli par la nouvelle Krypton.

Vivement la suite !! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enora
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1018
Age : 31
Localisation : Là où mes rêves me conduisent...

MessageSujet: Re: Double sang [Fanfiction du film Superman Returns]   Lun 3 Sep - 15:26

YEahhhh Very Happy

Idem que tata F. J'ai hâte de connaître la suite Wink

_________________
"Là où il n'y a plus d'espoir, il y a l'imagination."

Pour retrouver mes textes, c'est par ici !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myrien
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1695
Age : 30
Localisation : Sur une route

MessageSujet: Re: Double sang [Fanfiction du film Superman Returns]   Lun 3 Sep - 15:27

Merci beaucoup toutes les deux =)
La suite ce soir ou bien demain, si tout se passe bien.

_________________

Un poète est un monde enfermé dans un homme.
Sommaire de MYRIEN
***
VOTER POUR LE FORUM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lecasquedorion.blogspot.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Double sang [Fanfiction du film Superman Returns]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Double sang [Fanfiction du film Superman Returns]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» SUPERMAN RETURNS - SUPERMAN/CLARK KENT 2in1 (MMS50)
» Superman Returns !!
» SUPERMAN RETURNS - SUPERMAN (MMS14)
» SUPERMAN RETURNS:Superman statue OXMOX
» SUPERMAN RETURNS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Plume d'écrivain :: L'ATELIER :: Fanfiction-
Sauter vers: