*
 

Partagez | 
 

 Le guerrier qui réglait des comptes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Iniourfeïss

avatar

Masculin
Nombre de messages : 863
Age : 28
Localisation : L'Ouest lointain

MessageSujet: Le guerrier qui réglait des comptes   Dim 30 Sep - 14:53

Je conseille de lire Le guerrier qui n'aimait pas les oignons avant, pour ceux qui ne l'ont pas lu. Smile

Le guerrier qui réglait des comptes

Albert, le guerrier Nordique, avait quitté la ville avec un sentiment d’amertume. Le goût amer de l’orgueil empalé par un cure-dent : L’humiliation.
Le barbare faisait quelque chose de rare pour cette catégorie d’hommes, c’est-à-dire faire fonctionner ses neurones pour élaborer des hypothèses, spéculer, imaginer, déduire, coordonner les différentes phases d’un plan s’élevant à bien plus que cogner la personne d’en face. Durant cet élan d’intelligence, une seconde chose tout aussi incroyable se produisit, une idée surgit.
Perçant la torpeur de son esprit telle une lance de lumière déchirant les ténèbres, cette soudaine idée brillante le rendit radieux. Il accompagna la venue de sa bonne humeur d’un lancer de hache, qui trouva le moyen de se loger dans un pauvre arbre.

Un dicton sylvain disait : « Si ton frère défunt s’est fait pourfendre, si ton frère vivant s’est fait pourfendre, alors petite graine, prends garde à toi. »
Le bois d’un chêne condamné à encadrer la porte d’une petite auberge avait connu de façon tranchante la hache d’un barbare, et ce jour-ci, un autre chêne bien vivant avait vu son tronc se faire fendre. Certains disaient qu’ils partageaient la même sève…

Des mots défilèrent dans la tête de l’être humain, comme : Apprendre, manger, oignons, stupéfaction (Oui, stupéfaction. Parfois, de tels mots traversent l’esprit d’analphabètes. Stupéfaits ?), rires, baffe, content.

Cependant, comment Albert allait-il faire pour apprendre à aimer les oignons ? Agir seul face à un tel adversaire serait trop difficile, et ce barbare ne jouissait pas de ce genre de défi psychologique. Son orgueil était grand, mais pas suffisamment pour apprendre sans assistance.
Alors Albert fit fonctionner une autre partie de son cerveau, celle de la mémoire. Et il se remémora quelques souvenirs d’un petit homme frêle des contrées verdoyantes, qu’il avait traversées lors de son périple consistant à quitter ses terres glacées.
Il lui avait sauvé la vie en démembrant trois bandits qui convoitaient l’idée de s’octroyer écus et herbes magiques. Oui, cet être aux herbes magiques n’était autre qu’un druide. Cet homme avait donc une dette envers le guerrier nonchalant.
La mémoire ayant retrouvé l’existence de ce magicien de la nature, Albert n’eut plus le choix. Il allait faire payer sa dette…

Loin des chemins, au cœur de la ville, Lucien rassemblait des provisions culinaires dans un marché où tout se vendait. Un tissage de bâche masquait le soleil. Mais pour le soleil, ces tissus cachaient des fruits, des légumes, des armes, des outils, des bêtes, des habits et bon nombre d’objets qu’il ne pouvait pas abîmer pas sa chaleur. Parmi ces marchandises s’élevaient plusieurs piles d’oignons. Oignons rouge, blanc, sauvages…
« Promotion barbare ! Tous les oignons à prix tranchés ! »
Mais aux yeux de Lucien, tout ceci n’était que catalyseur de mauvais souvenirs.
Il avait rencontré le guerrier de sa vie la veille et tout fut brisé à cause d’un oignon.
– Quel chien ! hurla l’aristocrate en enfonçant son poing sans modération dans le tas d’oignons rouge, gros et quelque peu à la couleur du sang.
Le marchand vit toute l’action et dégagea un poignard de sa ceinture. Le bras tendu, il tenta de le menacer.
– Eh, vous ! Ca va vous coûter cher !
– Pathétique. Vous tenez votre arme à bout de bras, et bientôt vous allez prétendre savoir la manier. Je connais bien les guerriers, et vous n’en êtes point un, humble commerçant. Prenez cette pièce et laissez-moi noyer mon chagrin dans le jus qui coule le long de mon bras. Adieu !
Et Lucien, l’homme dont la correcte réputation se noircissait, s’en alla errer dans les ruelles de sa si belle cité.
Ayant trouvé comme refuge spirituel un parc, le citadin s’était posé sur un banc. De ses yeux vitreux, il fixait les canards de la marre, qui semblaient plus intéressés par le pain des enfants que par ceux-ci. Mais ces jeunes humains étaient dupes et se voilaient d’illusions.

Rejoindre les forêts du Silve requérait du temps, beaucoup de temps, et Albert ne pouvait se permettre d’en perdre. Ce barbare ne faisait pas dans la dentelle. Et c’était pour cela qu’il avait dérouillé un humble voyageur qui trottait sur les chemins. Etre possesseur d’un canasson quand Albert avait besoin de se mouvoir avec diligence s’avérait particulièrement dangereux.
Cependant, le hasard avait mal fait les choses. Lors du calcul des résistances de l’adversaire, Albert s’était trompé. Pensant que le bougre était plus costaud et possesseur d’une cotte de mailles, le guerrier avait mal dosé sa force et avait abattu le cheval en même temps que son propriétaire.
Mais le destin de cette brute était de rejoindre les contrées boisées du Silve, alors un sanglier égaré déboula d’un buisson et chargea. Albert connaissait ces bestiaux et maint de ceux-ci avaient fait partie de ses combats.
Son regard glacial se plongea dans les yeux de la bête, concentré à agir quand il le fallait. Alors que l’animal s’avançait dangereusement, le second animal bondit et passa par-dessus l’autre. Dans un élan surhumain, il agrippa la queue du cochon furieux et le freina dès son arrivée au sol. Une fois la créature calmée et domptée, Albert l’enfourcha et se mit à cavaler sur les chemins en suivant les pancartes mal entretenues qui indiquaient « Forêt du Silve ».
Le mastodonte à la fourrure blanche chevauchant la petite bête trapue donnait un contraste humoristique que personne n’aurait osé lui annoncer…

La course effrénée du cochon sauvage avait conduit le nonchalant guerrier jusqu’à la forêt du Silve.
A peine eut-il posé les pieds sur le sol que des lianes vivantes – au sens mobile – se précipitèrent sur lui. Le sanglier détala en poussant un hurlement grointesque. Et Albert se mobilisa à faucher les plantes en vociférant des grognements.
A la fin de ceux-ci, les lianes n’étaient plus qu’un amas d’herbes tondues, laissant place à un puissant loup alpha. Après avoir à son tour émis un tumulte de virilité, il ne perdit point de temps à bondir sur l’homme aux fourrures polaires.
D’une mandale bien placée lors du saut, Albert envoya le canidé au tapis. Il hésita d’ailleurs quelques instants à le transformer littéralement en carpette, mais un druide survint, condamnant cette idée à néant. C’était l’homme recherché. Alors Albert plongea son regard froid et convainquant dans les yeux du magicien de la forêt et lui dit :
– Tu as une dette envers moi, druide.
Cependant le druide ne se souvint pas. Et fuyant la civilisation, il n’avait pas eu vent des échos provoqués par le guerrier. Mais les arguments tranchants du barbare lui permirent soudainement de se remémorer quelques souvenirs à son égard, plus ou moins inventés.
– Ah, oui ! Je me souviens ! Et comment puis-je vous rendre la pareille, homme du Nord ?
Sans réfléchir, le barbare prononça ces six mots :
– Apprends-moi à aimer les oignons.
Fortement étonné, le druide ne put lutter contre un lever de sourcil.
– Ainsi soit-il ! s’écria l’être frêle, afin de combattre vivement son désarmement.

La nuit tombée, le druide débuta son rituel. Il avait rassemblé divers ingrédients sur un rocher plat. A leurs côtés trônaient un marmiton tenu en équilibre sur un cercle de pierre entourant un feu.
L’homme prononça des paroles en un dialecte étranger, qui semblait lui paraître tout aussi étranger, comme s’il concoctait un placebo et qu’il se devait d’amplifier sa crédibilité.
Tout en invoquant les grands esprits, il ajoutait un à un les ingrédients, fleurs, graines, pattes, ailes, minéraux…
Albert, qui était allongé sur un lit d’oignons, finit par s’endormir. De multiples songes l’envahirent. Il commença par pourfendre des armées entières d’oignons, puis commençant à les apprécier il discuta avec, voyagea avec une tresse de ces bulbes à la ceinture, et enfin commença à les manger cuits, puis crus. De l’extérieur, on voyait le barbare exécuter des mouvements de lutte. Ce défi était grand, mais cet homme était imbu de conviction.
La lune était pleine, mais de sombres nuages attirés par le rituel vinrent l’obscurcir. Une fois regroupés, ils émirent des éclairs qui zigzaguèrent dans le ciel et s’écrasèrent sur le sol, tout autour du druide et du barbare. Le magicien de la forêt tendait les bras vers le ciel tout en haussant la voix pour combattre le bruit des percussions du tonnerre.
– Ama déousse mauz arr beith auw eunn sheau pein ! hurlait le sage.
Les éclairs redoublaient. Rien ne semblait vouloir s’arrêter, ni le druide aux paroles hystériques, ni la puissance dévastatrice du ciel et encore moins les discussions éternelles du barbare endormi.
Et pourtant, tout s’estompa d’un coup. Les nuages se volatilisèrent, le druide stoppa son cinéma et s’étala face contre terre et le guerrier ouvrit les yeux.
Il se leva, serein, comme devenu sage.
– Merci, druide, s’exprima-t-il en baissant la tête vers l’homme.

Lucien tournait dans son lit. Eviter de s’endormir lui était plus facile que de voir le visage de l’homme qui l’avait tant déçu. Sa femme était partie. Ne supportant plus les hurlements et l’amour platonique qu’il avait pour Albert, elle avait préféré fuir, abandonnant son époux dans la dépression.
Il se leva, n’osa pas regarder ses cernes dans le miroir et s’en alla hanter les rues de sa personne devenue sombre. Certains enfants de la cité l’avait surnommé le fantôme, et ils s’en servaient même pour effrayer leurs petites sœurs avant de les coucher.

Les jours passaient et rien ne s’arrangeait. Lucien de plus en plus blanc et abimé par le manque de sommeil ne sortait plus sans sa capuche et sa cape dans la rue. Cet homme autrefois classe et respecté imposait désormais la frayeur.
Un dimanche, un matin, alors que le marché proposait ses bons produits habituels, Lucien devint fou à nouveau devant un tas d’oignons.
– Albeeeert ! Je te jure que tu paieras cher ce que tu m’as infligé ! hurla l’homme en plantant son regard dans le ciel.
Et l’instant d’après, des hurlements de panique s’échappèrent des rues alentour. Les gens abandonnaient leurs affaires, préférant la survie à la possession. Alors qu’une foule de piétons fonçait sur l’ancien noble, celui-ci ne cilla pas. Il restait le regard droit et encaissait les coups d’épaules des citadins en furie.
Et là, il vit Albert se pointer au bout de la rue, une hache sur l’épaule, et cette fois-ci, il ne l’ignorait pas. Lucien émit un sourire sadique et s’avança en même temps que son opposant.
Le barbare, qui voulait en mettre plein la vue de l’aristocrate, jonglait avec un oignon. Mais l’être d’en face aveuglé par la haine n’en tint pas compte.
Lorsque les deux êtres furent face à face, Lucien fit un rapide geste. Il lui flanqua une claque. Albert vécut la seconde claque la plus humiliante de sa vie. Terriblement vexé, il lâcha sa hache qui passa par-dessus son épaule et lui rendit une mandale qui le coucha au sol. Après avoir croqué dans l’oignon une bouchée inhumaine, il laissa tomber le trognon devant le visage de l’homme affalé.
A moitié sonné, Lucien observait le reste du bulbe d’un air ahuri. Et lorsqu’il en saisit la nature, son sourire béat devint moqueur. Suite à un souffle blasé, il déclara :
– Pathétique ! Enfonce-toi davantage, manant. Pourquoi t’es-tu mis à manger des oignons ? Non ! Pardon ! Pourquoi ne mangeais-tu pas d’oignons ?! Parce qu’ils provoquaient des odeurs buccales dérangeantes ! Et désormais, tu les dévores afin de prouver que tu es un vrai guerrier qui ne craint rien et qui ne se soucie pas de sa pitoyable image ? As-tu seulement songé qu’en agissant ainsi tu appuierais le contraire ?
Et l’homme à la cape s’enivra de son rire. L’autre personne s’engouffra dans ses pensées, se remémorant son plan de base où c’est lui qui devait se fendre la poire. Il ne comprenait pas pourquoi il était en train d’échouer.
Quand soudain, la lumière survint à nouveau. Albert se souvint de sa mission qui était de boucher un coin à cette demi-portion prétentieuse.
Alors le guerrier comprit qu’il fallait rire pour atteindre son objectif, et c’est ce qu’il fit. Il s’esclaffa à pleine gorge.
Ne s’attendant pas à un tel retournement, Lucien s’étonna et trouva son ennemi juré soudainement très intelligent. Rire de sa détresse traduisait un important recul sur une situation très subjective, et donc traduisait une grande marque d’intelligence… ou de profonde débilité. Quoi qu’il en fût, Lucien fut perturbé par cette réaction.
Percevant l’étonnement, Albert comprit qu’il était incompris. Alors une mandale décolla et percuta le petit homme.
Un silence prit naissance pour mourir l’instant d’après, pulvérisé par le rire de gloire du guerrier.
Et le barbare s’en alla, fier d’avoir pu assouvir sa soif de vengeance, fier d’avoir coupé court à l’insolence de ce faible aristocrate.

Alors que Lucien était toujours allongé sur la route pavée de la seule ville qu’il avait connue, Albert faisait rôtir son sanglier à la broche. Il admirait les vives braises cuire la viande fraiche. Il imaginait le doux goût de la chair de gibier fricoter avec ses papilles, créant un raz-de-marée de salive dans sa bouche.
Mais lorsqu’il eut englouti le morceau de viande, les saveurs se diffusèrent, et il découvrit un goût autrefois détesté. Alors, dans un élan de panique, il dévora une pomme volée sur un étal, et le goût fut identique. L’oignon avait réquisitionné son sens gustatif.
Albert était condamné à manger des aliments au goût d’oignon.
– DRUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIDE !

Un dicton sylvain disait : « Si ton frère défunt s’est fait pourfendre, si ton frère vivant s’est fait pourfendre, alors petite graine, prends garde à toi. »
Le bois d’un chêne condamné à encadrer la porte d’une petite auberge avait connu de façon tranchante la hache d’un barbare, un autre chêne bien vivant avait vu son tronc se faire fendre, et un petit gland avait participé à un étrange rituel. Certains disaient qu’ils partageaient la même sève, et d’autres que les arbres étaient réputés dans le domaine de la vengeance sournoise…

Fin

_________________
Tous mes textes indubitablement réunis : Sommaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myrien
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1695
Age : 30
Localisation : Sur une route

MessageSujet: Re: Le guerrier qui réglait des comptes   Lun 1 Oct - 18:33

Pas mal du tout la fin et le dicton sylvan !
J'ai bien ri sur cette touche finale.

J'attendais le moment de l'échange entre Albert et Lucien et j'en suis pas déçu. Albert est capable de réaliser des miracles quand il connecte deux neurones ^^
Il reste assez fidèle à l'image qu'on pouvait en avoir : une masse de muscles pouvant être ridicule mais qui ne s'en apercevra jamais.

Belle suite =)

_________________

Un poète est un monde enfermé dans un homme.
Sommaire de MYRIEN
***
VOTER POUR LE FORUM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lecasquedorion.blogspot.fr/
Iniourfeïss

avatar

Masculin
Nombre de messages : 863
Age : 28
Localisation : L'Ouest lointain

MessageSujet: Re: Le guerrier qui réglait des comptes   Lun 1 Oct - 19:06

Merci, l'ami !

L'enjeu me semblait gros, et je suis content que cela t'ait plu !

_________________
Tous mes textes indubitablement réunis : Sommaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enora
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1018
Age : 30
Localisation : Là où mes rêves me conduisent...

MessageSujet: Re: Le guerrier qui réglait des comptes   Mar 2 Oct - 12:53

Par contre moi je n'ai quasi rien compris. J'ai bien aimé la fin, cette petite chute sympa mais sinon j'ai lu tout le texte en essayant de comprendre...

Du coup je me dis qu'il serait peut être intéressant de relire le texte précédent ^^

_________________
"Là où il n'y a plus d'espoir, il y a l'imagination."

Pour retrouver mes textes, c'est par ici !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iniourfeïss

avatar

Masculin
Nombre de messages : 863
Age : 28
Localisation : L'Ouest lointain

MessageSujet: Re: Le guerrier qui réglait des comptes   Ven 5 Oct - 11:58

Ah ?

Mince. Peut-être faudrait-il que tu relises l'ancien, oui ! ^^
Car il ne me semble pas qu'il soit complexe.

Mais merci quand même de ta lecture ! Smile

_________________
Tous mes textes indubitablement réunis : Sommaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître Kong

avatar

Nombre de messages : 181
Age : 117
Localisation : Edgecombe

MessageSujet: Re: Le guerrier qui réglait des comptes   Jeu 11 Oct - 19:24

Mk a lu avec plaisir la suite de cette histoire rocambolesque.
Il ne peut que saluer la qualité de ce texte, qui s’inscrit dans la droite lignée du premier. Vos textes sont vraiment uniques, vous avez votre style, et ça, c’est plutôt rare !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://verifiezladisponibilite.blogspot.com/
Tord

avatar

Nombre de messages : 273

MessageSujet: Re: Le guerrier qui réglait des comptes   Ven 12 Oct - 12:03

Ben du coup, j'ai relu le texte précédent parce que j'avais peur d'avoir oublié des trucs. Et au final, j'ai lu les deux textes d'un trait et c'était drôlement sympathique.

Le personnage d'Albert est attachant dans sa bêtise et ses décisions. Le proverbe est chouette aussi Very Happy



Enfin bref, yeah.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iniourfeïss

avatar

Masculin
Nombre de messages : 863
Age : 28
Localisation : L'Ouest lointain

MessageSujet: Re: Le guerrier qui réglait des comptes   Sam 13 Oct - 13:56

Merci à vous deux !
Je suis touché par vos commentaires. Smile

"Vos textes sont vraiment uniques, vous avez votre style, et ça, c’est plutôt rare !" Waouw ! Flatté !

_________________
Tous mes textes indubitablement réunis : Sommaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître Kong

avatar

Nombre de messages : 181
Age : 117
Localisation : Edgecombe

MessageSujet: Re: Le guerrier qui réglait des comptes   Sam 13 Oct - 14:55

Continuez comme cela cher Inouirfeïss, et la gloire viendra à vous :p
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://verifiezladisponibilite.blogspot.com/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le guerrier qui réglait des comptes   Sam 13 Oct - 15:16

Citation :
– Ama déousse mauz arr beith auw eunn sheau pein ! hurlait le sage.

lol! j'en ris encore !

Ce n'est vraiment pas le genre d'histoire que j'aime, d'ordinaire, mais là entre l'excellente écriture, l'humour décapant, la dérision, je me suis vraiment régalée ! Vraiment un beau texte !
euh ...ai-je le droit de dire ... ENCORE Wink
Revenir en haut Aller en bas
Iniourfeïss

avatar

Masculin
Nombre de messages : 863
Age : 28
Localisation : L'Ouest lointain

MessageSujet: Re: Le guerrier qui réglait des comptes   Sam 13 Oct - 17:17

Merci, merci ! Merci à vous tous !

Content de t'avoir fait aimer un texte de cette trempe, Camille. Smile

_________________
Tous mes textes indubitablement réunis : Sommaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enora
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1018
Age : 30
Localisation : Là où mes rêves me conduisent...

MessageSujet: Re: Le guerrier qui réglait des comptes   Lun 15 Oct - 9:24

Camille il faut lire J.J. du même auteur alors. C'est la marque de fabrique de notre Iniour' Very Happy (dans la section roman)

_________________
"Là où il n'y a plus d'espoir, il y a l'imagination."

Pour retrouver mes textes, c'est par ici !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myrien
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1695
Age : 30
Localisation : Sur une route

MessageSujet: Re: Le guerrier qui réglait des comptes   Lun 15 Oct - 12:23

Tout à fait !! J.J. Destructeur de vagues, est une perles (d'ailleurs j'ai quatre chapitres de retard... arf !)
Cours-y viiiiite ! =D

_________________

Un poète est un monde enfermé dans un homme.
Sommaire de MYRIEN
***
VOTER POUR LE FORUM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lecasquedorion.blogspot.fr/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le guerrier qui réglait des comptes   Lun 15 Oct - 12:34

Miam s'il y a d'autres perles du genre, je m'en vais les découvrir Merci Enora et Myrien pour les infos.
Revenir en haut Aller en bas
Enora
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1018
Age : 30
Localisation : Là où mes rêves me conduisent...

MessageSujet: Re: Le guerrier qui réglait des comptes   Lun 15 Oct - 19:25

Il y en a tout un sac des perles sur ce forum Wink

_________________
"Là où il n'y a plus d'espoir, il y a l'imagination."

Pour retrouver mes textes, c'est par ici !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azraël

avatar

Masculin
Nombre de messages : 1277
Age : 28

MessageSujet: Re: Le guerrier qui réglait des comptes   Dim 28 Oct - 1:05

J'avais beaucoup apprécié le premier texte et ne suis pas déçu de cette suite. J'y ai retrouvé l'humour du premier, un style impeccable,... Comme je l'avais dit pour l'histoire précédente, l'humour allié à la fantasy me rappelle pas mal le peu que je connais du "Donjon de Neheulbeuk". Pourtant, ta patte parvient à rendre cet univers très personnel.
Mention spéciale pour le dicton sylvain. J'ai attendu de voir ce que tu allais faire avec ça, puis ai été assez emporté par l'histoire pour l'oublier... Le retrouver à la fin, de cette manière, s'est donc révélé être aussi agréable que surprenant.
Bravo pour ce texte !

_________________
**
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-mort-a-un-blog.blogspot.com/
Iniourfeïss

avatar

Masculin
Nombre de messages : 863
Age : 28
Localisation : L'Ouest lointain

MessageSujet: Re: Le guerrier qui réglait des comptes   Ven 2 Nov - 23:06

Merci pour ce super commentaire, Azraël ! Je suis flatté !
Héhéhé, parfait si tu l'avais oublié, c'est parfait !

_________________
Tous mes textes indubitablement réunis : Sommaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le guerrier qui réglait des comptes   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le guerrier qui réglait des comptes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [1000pts] Contrer les Comptes Vampires
» [TUTO] Configurer un comptes email & recevoir vos dossiers perso
» Verification comptes Paypal
» [Guerre de l'anneau] partie du 12 décembre
» Guerrier du chaos tabletop

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Plume d'écrivain :: L'ATELIER :: Fantastique-
Sauter vers: